Plusieurs sortants écologistes mordent la poussière

Avec la défaite du camp écologiste, plusieurs figures romandes du Parlement ont perdu leur ...
Plusieurs sortants écologistes mordent la poussière

Plusieurs sortants écologistes mordent la poussière

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Avec la défaite du camp écologiste, plusieurs figures romandes du Parlement ont perdu leur siège. Les Genevois Isabelle Pasquier-Eichenberger (Vert-e-s) et Michel Matter (PVL) doivent quitter la Berne fédérale. Le sénateur PLR Philippe Bauer (NE) est aussi éjecté.

La plus grande surprise est la non-réélection du PLR Philippe Bauer, conseiller aux Etats depuis 2019. C'est le socialiste Baptiste Hurni, jusqu'ici conseiller national, qui prend son siège et rejoindra la Verte Céline Vara.

Le conseiller national Denis de la Reussille, popiste mais affilié au groupe des Vert-e-s, a connu le même sort à Neuchâtel. Il siégeait depuis 2015 à la Chambre du peuple.

Ailleurs en Suisse romande, plusieurs nouveaux parlementaires, élus lors de la 'vague verte' de 2019, ont mordu la poussière. Les conseillers nationaux genevois Isabelle Pasquier-Eichenberger et Michel Matter ont ainsi perdu, après une seule petite législature. Le PS, avec la violoncelliste Estelle Revaz, et le MCG, avec l'ancien conseiller national Roger Golay, leur ont brûlé la politesse.

Du côté de l'UDC, Thomas Bläsi, arrivé en mai pour succéder à Yves Nydegger, doit déjà céder son siège au revenant Charles Poncet. L'avocat de 76 ans retourne ainsi au National, 30 ans après son premier passage, à l'époque dans les rangs du parti libéral. Thomas Bläsi pourra toutefois siéger à Berne si Céline Amaudruz est élue au Conseil des Etats le 12 novembre.

PLR vaudois touché

Sur Vaud, ce sont François Pointet (PVL) et Valentine Python (Vert-e-s), également arrivés en 2019, qui font les frais de la redistribution des cartes dans le canton.

Le PLR a aussi perdu des plumes. Les conseillers nationaux Alexandre Berthoud et Daniel Ruch ne sont pas réélus. Ils avaient rejoint le National l'an dernier pour remplacer Isabelle Moret et Frédéric Borloz, élus au Conseil d'Etat. Daniel Ruch devrait toutefois conserver son siège en tant que premier des viennent ensuite si Pascal Broulis est élu au Conseil des Etats.

Le PS a aussi subi des pertes chez les sortants: dans le canton de Fribourg, avec l'éviction d'Ursula Schneider Schüttel, présidente de la Délégation des finances des Chambres fédérales, au profit de l'UDC Nicolas Kolly. Et à Bâle-Ville, le socialiste Mustafa Atici n'a pas passé la rampe. Le conseiller national avait fait acte de candidature pour succéder à Alain Berset, avant de se retirer.

Aussi en Suisse alémanique

Plusieurs sortants des partis écologistes ont aussi perdu outre-Sarine. A Zurich, le PVL a vu deux sortants recalés au National: Judith Bellaiche et Jörg Mäder. Les Vert-e-s ont finalement limité la casse, et c'est Meret Schneider qui en fait les frais. A Berne, la Verte Natalie Imboden n'a pas été réélue, après une législature.

L'écologiste Kurt Egger a également été éjecté en Thurgovie, au profit d'un PLR. Même sort pour le vert'libéral Roland Fischer à Lucerne. Le député, président de la commission des finances du National et membre de la Commission d'enquête parlementaire (CEP) sur Credit Suisse, avait déjà subi cette déconvenue en 2015, avant de revenir en 2019.

Le sénateur schwyzois Othmar Reichmuth a aussi perdu son siège, acquis en 2019. Il s'est fait devancer par deux conseillers nationaux sortants, l'ancienne présidente du PLR Petra Gössi, qui devient ainsi la première femme à siéger à la Chambre pour ce canton, et l'UDC Pirmin Schwander.

Enfin, en Argovie, la conseillère nationale du Parti évangélique Lilian Studer doit également tirer sa révérence après une seule législature. L'UDC récupère le siège que la présidente du PEV avait obtenu il y a quatre ans grâce à un apparentement de liste.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus