Prévoyance vieillesse: les effets pervers du temps partiel

Les femmes qui travaillent à temps partiel ne devraient pas descendre sous la barre des 70% ...
Prévoyance vieillesse: les effets pervers du temps partiel

Prévoyance vieillesse: les effets pervers du temps partiel

Photo: Keystone

Les femmes qui travaillent à temps partiel ne devraient pas descendre sous la barre des 70%. Souvent, elles ne réalisent pas à quel point leur prévoyance vieillesse sera insuffisante, met en garde la Conférence suisse des déléguées à l'égalité (CSDE).

La Suisse est l'un des pays européens où le travail à temps partiel est le plus répandu, rappelle la CSDE dans un communiqué jeudi. Actuellement, 60% des femmes actives et 16% des hommes actifs travaillent à temps partiel. Le travail à temps partiel reste une caractéristique typique de l'emploi féminin.

La décision de concilier le travail ménager ou l'éducation des enfants grâce à l'activité professionnelle à temps partiel a des conséquences sur la situation financière, non seulement pendant la vie active, mais aussi au moment de la retraite. A l'âge de la retraite, un nombre important et croissant de personnes, surtout des femmes, n'atteignent pas le minimum vital et sont tributaires des prestations complémentaires.

Dépendance financière

La CSDE a mandaté l'IDHEAP pour évaluer concrètement les effets du travail à temps partiel sur les prestations de la prévoyance vieillesse. Les chercheurs ont aussi évalué les conséquences d'un divorce ou d'un règlement de caisse de pensions défavorable.

Le choix du temps partiel engendre des problèmes économiques tant pour les individus eux-mêmes que les collectivités. Les déléguées à l'égalité encouragent donc à une réflexion de fond sur les effets du recours massif et durable au travail à temps partiel.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes