ProTELL gonfle ses rangs en parallèle au durcissement de la loi

L'organisation ProTELL, qui s'engage pour un droit libéral sur les armes, a vu ses adhésions ...
ProTELL gonfle ses rangs en parallèle au durcissement de la loi

ProTELL gonfle ses rangs en parallèle au durcissement de la loi

Photo: Keystone/DOMINIC STEINMANN

L'organisation ProTELL, qui s'engage pour un droit libéral sur les armes, a vu ses adhésions exploser. Entre juin 2017 et avril 2018, le nombre de membres a grimpé d'environ 8700 à près de 12'500 (+44%).

Ceci alors qu'un durcissement de la loi sur les armes est amorcé au Parlement. 'Cette hausse montre que de plus en plus de citoyens sont inquiets concernant leurs droits et libertés dans ce pays', affirme à l'ats Jean-Luc Addor (UDC/VS), président ad intérim de ProTELL, confirmant des chiffres publiés jeudi par La Liberté.

'Elle indique aussi qu'il y a une forme de reconnaissance de l'action menée par notre organisation en faveur des traditions et libertés ancestrales', poursuit M. Addor. Chez ProTELL, on pense que cette courbe vers le haut n'a aucune raison de s'inverser. 'Nous visons les 20'000 membres d'ici la fin 2018', écrit l'organisation sur son site Internet.

En cas de durcissement de la loi sur les armes au Parlement, ProTELL a déjà annoncé qu'il saisirait le référendum. Et ses membres pourraient bien ne pas être isolés dans leur démarche: 'Feront alors leur apparition tout un front d'organisations bien décidées à défendre les droits et les libertés des Suisses', assure M. Addor.

Bruxelles veut renforcer d'ici fin 2019 sa réglementation sur les armes, en réponse à la menace terroriste. Comme membre de l'espace Schengen, la Suisse doit adapter sa législation au droit européen. La mise en oeuvre concrète reste à définir. Le Conseil fédéral a présenté un projet qui a été critiqué en consultation par l'UDC, les cantons et les associations de tir, chasseurs et officiers/sous-officiers.

/ATS