Retrait des glaciers: les barrages pour parer à une pénurie d'eau

Le retrait des glaciers européens dû au réchauffement climatique va entraîner à l'avenir des ...
Retrait des glaciers: les barrages pour parer à une pénurie d'eau

Retrait des glaciers: les barrages pour parer à une pénurie d'eau

Photo: Keystone

Le retrait des glaciers européens dû au réchauffement climatique va entraîner à l'avenir des pénuries d'eau estivales. Selon l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), elles pourront être atténuées grâce aux lacs de barrages.

Il serait même possible de compenser jusqu'à deux tiers du manque lié à la réduction des débits d'eau dans les régions de haute montagne, a indiqué l'institut WSL dans un communiqué. Il se fonde sur une étude menée conjointement avec le Centre commun de recherche de la Commission européenne à Ispra (I) et le Laboratoire d'hydraulique, d'hydrologie et de glaciologie de l'EPF de Zurich.

Le groupe de chercheurs a simulé les effets du réchauffement sur les glaciers des Alpes européennes. Comme base pour ses travaux parus dans Environmental research letters, il a utilisé les dernières prévisions climatiques ainsi qu'un modèle numérique de glacier développé récemment.

L'équipe a conclu que l'on pourrait compenser d'ici à la fin du siècle jusqu'à 65% des pénuries liées à la réduction des ressources en eau. Il suffirait pour cela de transférer durant l'été les débits additionnels attendus au printemps au vu de la précocité de la saison de fonte des neiges. Ce qui impliquerait le stockage temporaire d'environ un km3 d'eau.

Barrages centralisés

Les auteurs comparent ce volume à celui qui serait disponible si des barrages étaient construits à l'emplacement d'anciens glaciers. A cet effet, ils ont placé des barrages virtuels à l'emplacement actuel de glaciers et calculé le volume des lacs qui se formeraient.

Les résultats montrent que le volume alors disponible serait plus de dix fois supérieur à celui nécessaire. Une douzaine de barrages centralisés seraient ainsi suffisants pour répondre aux besoins de stockage.

Problème pas réglé

L'étude insiste toutefois sur le fait que des solutions techniques de ce type ne permettront pas de régler l'entier du problème. Il sera d'une part difficile centraliser l'eau des différents glaciers (environ 4000 aujourd'hui) dans toutes les Alpes. D'autre part, ce transfert saisonnier ne compenserait pas la perte totale d'eau liée au retrait des glaciers.

Les auteurs estiment qu'en 2100, les débits issus des glaciers des Alpes européennes seront réduits d'une quantité équivalente à environ 80% de la consommation actuelle d'eau douce de la Suisse.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus