Revue de presse du dimanche 11 février 2018

L'affaire des manipulations comptables de CarPostal occupe la presse dominicale dans son ensemble ...
Revue de presse du dimanche 11 février 2018

Revue de presse du dimanche 11 février 2018

Photo: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

L'affaire des manipulations comptables de CarPostal occupe la presse dominicale dans son ensemble. Les JO et les missiles balistiques nord-coréens sont également mentionnés. Voici les titres de ces informations non confirmées à l'ats:

Le Matin Dimanche/SonntagsBlick/SonntagsZeitung/NZZ am Sonntag/Zentralschweiz am Sonntag/Ostschweiz am Sonntag: La directrice générale de La Poste Susanne Ruoff, sous pression en raison de manipulations comptables chez CarPostal, reconnaît des erreurs. Elle refuse toutefois de démissionner, arguant qu'elle a pris des mesures dès qu'elle a été mise au courant de l'affaire. 'Je n'ai ni menti ni fait quelque chose de faux', déclare-t-elle dans le SonntagsBlick. Elle entend faire toute la lumière sur cette affaire.

La SonntagsZeitung juge cependant le fait que Mme Ruoff puisse conserver son poste comme de plus en plus improbable. Le conseil d'administration doit se réunir dans quelques jours et décider du sort de la directrice du groupe. Selon le journal, qui cite des sources internes, le conseil d'administration est divisé et il est peu probable qu'elle obtienne une majorité de voix.

L'avocate bâloise Monika Roth, experte en conformité, considère d'ailleurs dans Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag que la situation n'est plus tenable pour Mme Ruoff. Celle-ci a perdu la confiance qu'on avait placée en elle et n'a pas su distinguer sa double casquette de cheffe de La Poste et de présidente du conseil d'administration de CarPostal, poursuit l'avocate.

Selon Le Matin Dimanche, l'examen des bilans annuels des lignes exploitées par CarPostal se fait tous les deux ans par son organe de révision. Les contrôles n'ont cependant pas permis de découvrir les dizaines de milliers de petites opérations litigieuses, comme la facturation fictive des pneus. 'C'est une dépense plausible que les contrôles habituels ne pouvaient pas démasquer', explique la porte-parole de l'Office fédéral des transports (OFT) au journal.

Les enquêtes devraient durer des mois. La Poste estime que les conclusions seront disponibles pendant l'été. En attendant, une proposition controversée a été lancée. Si CarPostal veut vraiment dégager un bénéfice, la filiale de La Poste doit se lancer dans les trajets de bus sur de longues distances. Le groupe est prédestiné à fournir une offre optimale, conviviale et rentable, affirme dans la NZZ am Sonntag Peter Füglistaler, le chef de l'OFT.

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: A quatre mois d'un vote crucial sur le projet de candidature de Sion pour l'organisation des Jeux olympiques (JO) d'hiver en 2026, les Suisses sont nettement opposés à une telle compétition, révèle un sondage Tamedia diffusé par Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Quarante-trois pour cent des personnes interrogées rejettent le projet Sion 2026 et 16% sont plutôt contre. Le 'oui' ne récolte que 20% d'avis favorables, alors que la part des 'plutôt oui' atteint 16%. Enfin, 5% sont sans avis.

Le sondage a été réalisé le 1er février auprès de 17'067 personnes, dont 11'882 Alémaniques, 4232 Romands et 951 Tessinois. La marge d'erreur est de 1,1%. 'Les JO font peur et les Suisses sont des gens prudents et réfléchis', commente le conseiller d'Etat valaisan Frédéric Favre, vice-président de Sion 2026. 'Mais ces résultats ne sont pas catastrophiques. Nous ne sommes pas à 10% d’avis favorables et le propre des sondages est d'évoluer avec le temps', ajoute-t-il.

SonntagsBlick: Des composants suisses ont été utilisés dans un missile balistique à longue portée testé par la Corée du Nord en 2012, rapporte le SonntagsBlick, citant deux rapports d'enquête du Conseil de sécurité de l'ONU datant de 2014 et 2015. Après que l'épave de l'engin Unha-3 a été récupérée en mer Jaune par la marine sud-coréenne, les spécialistes de l'ONU ont découvert des composants provenant de treize pays, dont les Etats-Unis et la Corée du Sud. Selon le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), un convertisseur de courant continu d'un fabricant suisse figurait parmi eux. Comment cette pièce a pu se retrouver intégrée au missile n'est pas encore clair. 'La Suisse n'a pas pu remonter la chaîne logistique du convertisseur, car il est produit en grand nombre et vendu sur Internet', est-il écrit dans un rapport de l'ONU. Le SECO relève que l'entreprise incriminée a fait preuve d'une coopération exceptionnelle et a engagé d'importantes recherches avec ses distributeurs.

SonntagsZeitung: La Suisse enregistre relativement peu de plaintes et très peu de jugements contre le harcèlement sexuel, révèle une enquête de la SonntagsZeitung menée dans 24 cantons dans le contexte de #MeToo et #Balancetonporc. Les ministères publics ont prononcé l'an dernier 337 ordonnances pénales pour harcèlement sexuel en première instance. Avec quelque 1100 plaintes déposées par an, cela correspond à environ un tiers des cas signalés aux autorités. Une enquête de l'institut de sondage Marketagent, divulguée par le journal, note que 26% des personnes interrogées ont déclaré avoir déjà été victimes de harcèlement sexuel. La plupart des cas se sont produits dans l'espace public, mais également dans la sphère privée ainsi qu'au bureau. Parmi les personnes harcelées, seules 11% ont déposé une plainte. La raison de cette faible proportion est qu'elles ont été averties par des avocats de leur faible chance de succès devant la justice et qu'en cas de jugement, la peine est généralement une amende de quelques centaines de francs.

SonntagsBlick: Un Glaronais, partisan du groupe Etat islamique (EI), a été condamné à une peine privative de liberté de six mois de prison avec sursis par le ministère public de la Confédération (MPC) pour soutien à l'EI, indique le SonntagsBlick. L'homme avait partagé sur le réseau social Facebook de nombreuses vidéos de propagande du groupe et se réjouissait des atrocités commises par l'EI. Les autorités l'ont surveillé durant une année, avant de perquisitionner son domicile en mai dernier. Interrogé, le suspect a déclaré qu'il rejetait l'EI et avait juste regardé les images sans les diffuser. Selon le journal, une soixantaine de procédures ont été lancées en Suisse par le MPC depuis l'entrée en vigueur en 2015 de la loi fédérale interdisant les groupes Al-Qaïda et Etat islamique.

/ATS
 

Actualités suivantes