Sida: la nouvelle campagne mise sur la détection précoce

Cloué au lit après une nuit torride? Parlez du sida à votre médecin. C'est en substance le ...
Sida: la nouvelle campagne mise sur la détection précoce

Sida: la nouvelle campagne mise sur la détection précoce

Photo: Keystone

Cloué au lit après une nuit torride? Parlez du sida à votre médecin. C'est en substance le message de la nouvelle campagne de prévention du sida lancée lundi. L'Office fédéral de la santé publique veut inciter les personnes infectées par le virus, à effectuer un test le plus rapidement possible.

Fièvre, fatigue, sueur nocturne et maux de gorge sont autant de symptômes ressentis durant les premières semaines, par les personnes touchées par le virus du sida. Mais ces signes sont souvent mal interprétés, car ils rappellent fortement ceux de la grippe, signale l'OFSP.

Les patients n'évoquent pas spontanément leurs rapports sexuels non protégés et il s'agit d'encourager les patients, comme les médecins, à aborder ces problèmes plus tôt, précisent les responsables de la campagne.

Risque de contamination élevé

Les personnes récemment infectées sont encore plus contagieuses durant les premières semaines. Une part conséquente des infections sont provoquées par des personnes récemment contaminées, témoigne le professeur Vernazza, président de la commission fédérale pour la santé sexuelle (CFSS). 'Un seul contact avec la maladie suffit , mais c’est encore plus vrai à ce stade', rappelle-t-il.

La campagne 'Love Life' lancée en 2014 avait soulevé une importante polémique en raison d'affiches jugées osées et suscité une plainte auprès du tribunal administratif fédéral. L'affaire n'est pas close, mais l'OFSP se dit confiant. Le tribunal a renoncé à toute action immédiate, mais la plainte est toujours en cours de traitement.

Etant donné les visites enregistrées par le site internet de la campagne 2014 et le nombre de signataires du manifeste (178'000) en faveur d'une sexualité responsable, l'OFSP considère néanmoins cette action comme un succès.

Si la nature du message a nettement changé cette année, ce n'est pas par réaction, assure le directeur de l'OFSP, Pascal Strupler, mais par volonté d'axer son message dans un domaine où le potentiel de prévention reste important. Il dit enfin 'ne rien regretter' quant à la précédente campagne et vouloir continuer à produire des messages percutants à l'avenir.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus