Simonetta Sommaruga en Afrique sur le climat

Simonetta Sommaruga va évoquer le climat cette semaine en Afrique. La ministre de l'environnement ...
Simonetta Sommaruga en Afrique sur le climat

Simonetta Sommaruga en Afrique sur le climat

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Simonetta Sommaruga va évoquer le climat cette semaine en Afrique. La ministre de l'environnement, de l'énergie et des transports s'est envolée lundi matin pour Dakar, au Sénégal. Elle se rendra ensuite à Accra, au Ghana.

Les traités internationaux conclus dans le cadre de l'Accord de Paris sur le climat représentent l'objectif principal du voyage. En ratifiant l'Accord de Paris en 2017, la Suisse s'est engagée à réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990.

L'accord fournit un cadre global pour lutter contre le changement climatique: le réchauffement climatique devrait être limité à bien moins que deux degrés, mais si possible à 1,5 degrés. Si l'objectif de réduction a subi un revers en Suisse avec l'échec en votation de la loi sur le CO2, les efforts internationaux se poursuivent néanmoins.

Les traités que la Suisse conclut en vertu de l'article 6 de l'Accord de Paris restent en vigueur. Cet article permet aux Etats de compenser leurs émissions en investissant dans des projets de protection du climat à l'étranger. La poursuite de ces projets reste largement incontestée, même après le non à la loi CO2 en juin dernier.

Pionnier

La Suisse joue un rôle de pionnier dans ces projets basés sur l'article 6. En octobre 2020, elle devient le premier pays à conclure un traité international de ce type avec le Pérou et, un mois plus tard, avec le Ghana.

Le Conseil fédéral a approuvé le 23 juin la conclusion de tels traités avec le Sénégal et le Vanuatu. D'autres accords sont en préparation, notamment par une déclaration d'intention avec la Thaïlande.

Les traités internationaux établiront des règles contraignantes sur la manière dont la Suisse doit cofinancer la réduction des émissions de CO2 dans ces pays. Une réglementation claire doit permettre d'éviter que les objectifs de l'Accord de Paris ne soient compromis par un double comptage des réductions d'émissions - c'est-à-dire à la fois par l'Etat qui réalise le projet climatique et par l'Etat qui le cofinance.

La Suisse entend fixer des normes élevées pour les projets climatiques à l'étranger, notamment sur les conditions de promotion du développement durable et la protection des droits de l'homme.

Le voyage de Mme Sommaruga va se concentrer sur la signature de l'accord avec le Sénégal. Il s'agira ensuite d'examiner la mise en œuvre de celui avec le Ghana.

/ATS
 

Actualités suivantes