Suspense en Valais pour la course au Conseil d'Etat

Les Valaisans renouvellent dimanche leur gouvernement. Huit candidats briguent les cinq sièges ...
Suspense en Valais pour la course au Conseil d'Etat

Ballottage général au Conseil d'Etat valaisan

Photo: KEYSTONE/OLIVIER MAIRE

Aucun des huit candidats en lice dimanche dans la course au Conseil d'Etat valaisan n'a été élu. Les deux PDC sortant affichent les meilleurs résultats, suivis de Mathias Reynard (PS). Le deuxième tour est prévu le 28 mars.

Avec 62'031 voix, le démocrate-chrétien Roberto Schmidt est arrivé en tête d'une élection qu'il a dominée tout du long. Il bat son score d'il y a quatre ans de plus de dix mille voix, ratant toutefois la majorité absolue (65'705) et une élection au premier tour.

'Très satisfait par son élection', le sortant a récolté de bons résultats sur l'ensemble du canton. A noter que le Haut-Valaisan fait mieux dans la capitale que Frédéric Favre et Christophe Darbellay.

Une campagne loin du terrain

Christophe Darbellay arrive deuxième avec 56'331 suffrages et améliore également son résultat d'il y a quatre ans (51'160 voix). 'Je suis très content de mon score, surtout dans le contexte actuel difficile. C'est une reconnaissance de mon travail', réagit Christophe Darbellay auprès de Keystone-ATS.

L'actuel président du gouvernement valaisan draine moins de suffrages dans les villes du canton. 'Il est vrai que je faisais habituellement mieux dans les villes', admet-il, expliquant la situation par une certaine démobilisation d'électeurs 'sûrs de mon élection' et une campagne loin du terrain, Covid-19 oblige.

Concentré pour le 2e tour

Le socialiste Mathias Reynard recueille 51'539 voix. Il a été propulsé notamment par un résultat canon à Sion où il a une bonne longueur d'avance sur tous les candidats.

Le Saviésan a aussi pu compter sur un fort soutien à Sierre et à Martigny. 'Je suis très très touché et ému par ce soutien de la population valaisanne qui dépasse nos espérances', indique Mathias Reynard.

C'est un 'signal magnifique' qui montre 'que le Valais est plus ouvert que ce que certains pensent' mais aussi une réponse 'populaire' à ceux qui espéraient un gouvernement 100% à droite. Pour le deuxième tour, le Saviésan rappelle 'qu'il ne faut jamais être trop confiant', qu'il faut rester concentré, car la partie n'est pas encore terminée.

Reconnaissance d'un travail

Le libéral-radical Frédéric Favre arrive en quatrième position avec 50'199 voix. Il est soutenu par deux fois plus de citoyens qu'il y a quatre ans (22'731 voix). 'Je suis très content. Les électeurs ont salué le travail effectué durant cette législature', relève-t-il.

Outre à Martigny, le sortant est bien élu à Sierre et à Sion mais moins dans le Haut-Valais. 'J'y fais tout de même un bon score pour un PLR', estime-t-il, tout en soulignant qu'il s'agit de continuer à convaincre du travail effectué pour le deuxième tour.

Dans un mouchoir de poche

Le troisième candidat PDC Serge Gaudin et l'UDC Franz Ruppen sont dans un mouchoir de poche avec respectivement 45'452 voix et 44'734 voix. Le match pour le cinquième fauteuil du gouvernement s'annonce serré entre les deux candidats pour le deuxième tour.

Comme on dit en Valais, 'c'est lors du deuxième tour qu'on élit', assure Franz Ruppen qui se dit 'très motivé' pour le prochain scrutin 'où tout recommencera à zéro'. S'il concède toutefois que ce sera difficile dans les grandes villes du Valais romand, notamment 'car je n'y ai pas de colistier', il rappelle que seules quelques voix le séparent du PDC Serge Gaudin.

Ce dernier indique être 'très satisfait' de son résultat. Il se dit 'très confiant pour le deuxième tour' qui se profile déjà comme 'une vraie compétition'. Selon Serge Gaudin, 'tout est encore ouvert' et 'l'écart entre les candidats n'est pas si conséquent que ce que l'on peut penser', ajoute-t-il.

L'absence de femmes

Quant aux vertes Brigitte Wolf et Magali di Marco, elles ferment la marche. La première récolte 31'567 suffrages, la seconde 30'721.

'C'était très compliqué de faire campagne avec trois sortants et deux candidats très connus', relève Brigitte Wolf sur le plateau de Canal 9, 'contente' de son résultat personnel et de celui de son parti qui 'n'a jamais fait un tel score'. Elle regrette néanmoins l'absence de femme qui se dessine au sein du gouvernement cantonal.

Le deuxième tour aura lieu le 28 mars. Le dépôt des listes est fixé à mardi 17h00. Les résultats de l'élection au Grand Conseil sont attendus dans la soirée.

/ATS