Technologies de pointe pour surveiller la montagne à Brienz (GR)

En attendant l'éboulement prévu prochainement à Brienz (GR), la montagne qui surplombe le village ...
Technologies de pointe pour surveiller la montagne à Brienz (GR)

Technologies de pointe pour surveiller la montagne à Brienz (GR)

Photo: KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

En attendant l'éboulement prévu prochainement à Brienz (GR), la montagne qui surplombe le village grison évacué est la plus surveillée de Suisse. Quatre systèmes enregistrent les moindres mouvements de la pente mouvante grâce à 90 points de mesure.

Actuellement, la zone rocheuse qui doit s'effondrer en direction du village dans les jours ou semaines à venir bouge à raison de 20 cm par jour, a expliqué le directeur du système d'alerte préventive, Stefan Schneider, aux médias réunis mercredi à Coire. 'Les précipitations de pluie actuelles sont un facteur accélérant, mais pas le vecteur principal', a-t-il ajouté.

Cinq géologues sur le qui-vive

Stefan Schneider dirige une équipe de cinq géologues - quatre hommes et une femme - sur le qui-vive. Ces spécialistes analysent les données livrées par quatre systèmes de surveillance. 'Ce sont des maths, à la base, mais il faut aussi remettre en question les résultats de manière critique', explique le responsable.

Toute l'attention des géologues est portée sur la manière dont le glissement de la roche s'accélère. Si cette vitesse augmente de manière exponentielle, leur observation redouble d'intensité.

Les quatre systèmes de surveillance sont basés sur quatre différentes technologies. Un radar géologique surveille le glissement de l'ensemble de la montagne. Un tachymètre installé dans le village mesure les mouvements de points de réflexion installés dans la pente rocheuse. D'autres données sont livrées par des stations GPS. Enfin, deux caméras à haute définition sont braquées sur la pente.

De plus, la route passant sous la zone d'éboulement est équipée d'un radar. Celui-ci permet de fermer cet axe automatiquement au trafic. Il s'agit de la seule mesure automatisée en lien avec l'évènement naturel attendu à Brienz. Les autres décisions sont prises par des êtres humains, souligne Stefan Schneider, des géologues à l'état-major de la commune d'Albula, en passant par les spécialistes du canton.

Dans trois à vingt jours

Selon les prévisions, l'éboulement est attendu dans trois à 20 jours. Près de deux millions de mètres cubes de roche - un volume équivalant à 2000 maisons individuelles - devraient s'effondrer. Le scénario le plus probable prévoit un effondrement progressif sans grand danger, le moins probable un effondrement compact qui détruirait une partie du village.

Juste avant l'éboulement, la ligne ferroviaire de l'Albula et la route cantonale, qui passent en aval du village, seront fermées au trafic. La vallée de l'Albula ne deviendra alors plus accessible qu'en passant par Davos (GR) ou par l'Engadine.

/ATS
 

Actualités suivantes