Un premier cas de coronavirus décelé dans le canton de Berne

Un premier cas d’infection au coronavirus (COVID-19) a été décelé dans le canton de Berne, ...
Un premier cas de coronavirus décelé dans le canton de Berne

Un premier cas de coronavirus décelé dans le canton de Berne

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Un premier cas d’infection au coronavirus (COVID-19) a été décelé dans le canton de Berne, à Bienne. La femme malade est hospitalisée et placée en isolement. Son état de santé est bon, selon les autorités.

Ce cas a été détecté dans le canton de Berne tard dans la soirée de vendredi, peut-on lire dans un communiqué du canton de Berne samedi. Il s’agit d’une femme de 21 ans revenue d’un voyage à Milan il y a une semaine.

Elle souffre d’une toux sèche et de maux de gorge depuis mardi 25 février, mais elle n’a pas de fièvre. Elle s’était rendue jeudi 27 février au service d’urgence du Centre hospitalier de Bienne, où elle est actuellement hospitalisée.

Le COVID-19 a été confirmé par le laboratoire de référence de Genève. L’Office du médecin cantonal est en train de remonter la chaîne de contamination et gère le cas. Jusqu’ici, plus de 120 cas suspects se sont révélés négatifs dans le canton de Berne; d’autres sont encore en cours d’analyse.

Douze cas confirmés en Suisse

Jusqu'ici en Suisse, douze cas ont été confirmés par le laboratoire de référence à Genève, a indiqué Daniel Koch, responsable de la division maladies transmissibles de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) samedi à Berne lors d'une conférence de presse. Mais pour le directeur de l'Office fédéral de la santé, Pascal Strupler, on est très loin d'un 'état d'urgence', a-t-il déclaré sur les ondes de la radio publique alémanique SRF samedi matin.

Des mesures draconiennes comme la mise en quarantaine de villes ou de villages ne sont pas à l'ordre du jour, selon lui. Il juge les mesures proposées vendredi par le Conseil fédéral comme 'proportionnées, utiles, clairement communicables et limitées'.

Selon l'évolution de la situation, une action marquée dans une région précise pourrait être envisagée. Pour le responsable de l'OFSP, cela pourrait signifier, dans une prochaine étape, interdire tous rassemblements.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus