Une application pour une meilleure prévision

La société sédunoise Météorisk lance une application pour smartphone permettant de mieux diagnostiquer ...
Une application pour une meilleure prévision

Une application pour une meilleure prévision

Photo: Keystone

La société sédunoise Météorisk lance une application pour smartphone permettant de mieux diagnostiquer les risques d'avalanche. L'outil formule des recommandations pour faire le choix de s'élancer ou non sur une pente.

L'application s'adresse aussi bien aux débutants qu'aux skieurs expérimentés, a expliqué mardi lors d'une présentation le directeur de Météorisk, le nivologue Robert Bolognesi. Elle est tout aussi bien un guide d'apprentissage de la montagne, une aide à la décision et un outil didactique pour enseigner les bonnes pratiques.

Le logiciel se veut avant tout pratique. Il doit servir aux freeriders et aux randonneurs lorsqu'ils sont sur le terrain, face à une pente, ski, surf ou raquette aux pieds. Il fonctionne sans connexion internet. L'observation est importante.

Questionnaire fouillé

Concrètement, l'usager doit répondre à une série de 40 questions. Il devra indiquer s'il a plu ou neigé durant les derniers jours, si la pente est raide, si la neige est profonde, si des fissures sont visibles sur le manteau neigeux.

Un diagnostic n'est rendu que si l'utilisateur a répondu à toutes les questions. Le logiciel fournit en réponse une grille de décision. Croisée avec le bulletin d'avalanche, la grille donne une évaluation du risque local qui va de 'situation assez sûre' à 'situation dangereuse'.

L'application repose sur les données statistiques de près de deux décennies. L'analyse, rationnelle, tient compte de la topographie du lieu, de la météo et aussi du facteur humain. L'expérience des skieurs, la grandeur d'un groupe sont des paramètres dont le logiciel tient compte.

Aucune garantie

L'application n'est pas une assurance tous risques, avertit Robert Bolognesi. Il ne s'agit que d'un outil d'aide à la prise de décision. Un risque résiduel est toujours présent. La méthode d'analyse se veut prudente.

Le système existait déjà par le passé, sous la forme d'une sorte de disque de stationnement. La version numérique a l'intérêt d'être évolutive et de prendre en considération un plus grand nombre de critères. Elle ne fournit pas de diagnostic si l'utilisateur n'a pas répondu à toutes les questions.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes