Une commission pour le rétablissement des attaques sol-air

Les FA-18 devraient être équipés pour des attaques au sol. Par 11 voix contre 10 et 3 abstentions ...
Une commission pour le rétablissement des attaques sol-air

Une commission pour le rétablissement des attaques sol-air

Photo: Keystone

Les FA-18 devraient être équipés pour des attaques au sol. Par 11 voix contre 10 et 3 abstentions, la commission de la politique de sécurité du National souhaite rétablir cette option qui n'existe plus pour les avions de combat depuis 1994.

La commission propose donc au National, qui se prononcera durant la session d'été, de relever de 20 millions de francs le programme d'armement 2017, pour le porter à 920 millions, ont indiqué mardi les services du Parlement. Le Conseil fédéral avait pour sa part renoncé à équiper les FA-18 pour des attaques au sol.

Selon le ministre de la défense Guy Parmelin, la nécessité de réintroduire un tel système, qui pourrait intervenir à l'horizon 2030-2035, ne devrait être tranchée que lorsque le groupe d'experts aura remis, fin mai-début juin son rapport sur l'achat du nouvel avion de combat.

'Impératif'

La courte majorité de la commission ne l'entend pas de cette oreille. Elle tient à ce que les Forces aériennes soient en mesure, dans un scénario de défense, d'attaquer au sol des cibles à longue distance. 'Cette capacité doit impérativement être rétablie eu égard aux profondes transformations survenues ces dernières années dans le domaine de la politique de sécurité'.

Et ceci le plus rapidement possible étant donné que 5 à 10 ans seront nécessaires pour restaurer cette capacité de combat. Selon la majorité, les expériences qui seront faites dans le domaine de l'entraînement et dans l'utilisation de la technique, pourront aussi être exploitées avec un nouvel avion de combat.

Un pays aussi petit et aussi densément peuplé que la Suisse n'a pas besoin de disposer d'une capacité à mener des attaques au sol, estime en revanche la minorité. Elle juge irréaliste de penser qu'on doive avoir recours un jour à cette capacité et rappelle que l'heure est aux économies.

2,1 milliards

Le programme d'armement 2017 vise notamment à prolonger l'utilisation des avions de combat FA-18 jusqu'en 2030, en attendant l'achat de nouveaux jets. Attaque sol-air mise à part, ce volet représente 450 millions de francs.

La commission avait déjà donné son aval aux autres crédits en mars: 225 millions destinés au réapprovisionnement extraordinaire des stocks de munitions, 175 millions pour le maintien entre 2018 et 2022 de la valeur du système intégré d'exploration et d'émission radio IFASS et 50 millions pour l'acquisition de composants informatiques pour le centre de calcul Campus situé à Frauenfeld.

Au total, le message sur l'armée porte sur 2,1 milliards. La commission a aussi accepté le programme d'investissements devisé à 750 millions et divisé en trois blocs: études de projets, essais et préparatifs d'achats (173 millions), équipement personnel et matériel à renouveler (421 millions) et munitions d'instruction et gestion des munitions (156 millions).

Dans le premier bloc, 44 millions sont prévus pour le matériel aéronautique. Ce total doit englober les 10 millions annoncés pour étudier l'achat du nouvel avion de combat. Enfin, la commission a accepté le programme immobilier devisé à 461 millions.

/ATS