Une enquête parlementaire pour l'Hôpital de Rennaz (VD)

Le Grand Conseil vaudois veut enquêter sur les difficultés financières de l'Hôpital Riviera-Chablais ...
Une enquête parlementaire pour l'Hôpital de Rennaz (VD)

Le Grand Conseil vaudois veut enquêter sur les difficultés financières de l'Hôpital Riviera-Chablais (HRC) de Rennaz. Une majorité de députés a décidé d'entrer en matière sur l'institution d'une commission d'enquête parlementaire (CEP).

Le recours à ce rare dispositif, dont la dernière utilisation dans le canton remonte à 2003 avec la débâcle de la BCV, avait été demandé par la droite. Comme attendu, la question a été longuement débattue mardi après-midi avec, au final, une victoire pour les partisans de la CEP qui ont récolté 78 voix, alors qu'il en fallait 76 pour décrocher la majorité absolue. Ils ont été 54 à s'opposer et 8 à s'abstenir.

Pour quasiment tous les députés de droite, une CEP doit permettre de faire toute la lumière sur la gestion de l'HRC et lui permettre de repartir sur de bonnes bases. A l'inverse, la gauche, mais aussi le Conseil d'Etat, craignent que cet outil n'entrave la bonne marche de l'hôpital, sachant que deux audits ont déjà permis de déceler et corriger des dysfonctionnements.

Pour mémoire, l'établissement valdo-valaisan, qui a permis de regrouper cinq sites hospitaliers de la région, a accueilli ses premiers patients à Rennaz (VD) en novembre 2019. Ses difficultés financières ont éclaté au grand jour quelques mois plus tard, avec l'annonce d'un déficit de 18 millions de francs dans les comptes 2019.

Quatrième CEP vaudoise

Les modalités de la CEP vaudoise seront fixées ultérieurement. A noter que les députés valaisans ont, eux, refusé de lancer une telle enquête parlementaire.

Jusqu'ici, seules trois affaires avaient débouché sur une enquête parlementaire dans le canton de Vaud: la BCV en 2003, la surveillance des EMS en 2000 et les irrégularités comptables dans les finances du canton en 1995.

/ATS