Une enquête pointe du doigt la pénurie d'ambulanciers qualifiés

Les services de sauvetage souffrent d'une pénurie de personnel qualifié. Deux tiers d'entre ...
Une enquête pointe du doigt la pénurie d'ambulanciers qualifiés

Une enquête pointe du doigt la pénurie d'ambulanciers qualifiés

Photo: Keystone

Les services de sauvetage souffrent d'une pénurie de personnel qualifié. Deux tiers d'entre eux font actuellement état de difficultés pour le recrutement, selon une première enquête dans ce secteur de l'Observatoire suisse de la santé (OBSAN).

Les petits services de sauvetage comptant moins de 20 personnes semblent avoir plus de peine à recruter des ambulanciers diplômés, relève l'OBSAN. L'une des raisons avancées serait le manque de possibilités d'intervention. Chaque ambulancier effectue en moyenne 190 interventions par année. Mais ce chiffre atteint 216 dans les grands services et 169 dans les petits.

Pour être engagé comme ambulancier diplômé, il faut avoir terminé une formation de trois ans. Environ 40% des services interrogés, les plus petits surtout, estiment que trop peu de personnes sont formées.

Sans parler de pénurie, la profession enregistre une grande mobilité du personnel, du fait peut-être d'une durée d'occupation des places relativement courte. Environ un tiers des entreprises interrogées cherchait à repourvoir un, voire deux postes. Dans l'une d'elles, dix postes étaient vacants.

Moins de 100 services

Au total, la Suisse compte 96 services de sauvetage, dont 41% sont privés. Le secteur est en phase de regroupement puisqu'en 2001, il y en avait encore 150. Au total, ils emploient environ 3700 personnes, dont 2500 ambulanciers, pour 1200 interventions en moyenne par jour.

Environ 30% des ambulanciers sont des femmes, ce qui est étonnamment peu par rapport aux autres professions de la santé. En outre, cette catégorie d'employés est plutôt jeune: seuls 16% d'entre eux ont plus de 50 ans.

La moitié des services de sauvetage emploie au maximum 21 ambulanciers, l'autre moitié en emploie plus, mais les écarts sont grands: le plus petit service de sauvetage interrogé emploie un ambulancier, alors que le plus grand en emploie 123. Un peu moins de 50% des services sont exploités par un hôpital.

460'000 interventions par an

Quelque 460'000 interventions sont effectuées chaque année en Suisse. Les écarts sont énormes selon la taille du service: les plus petits sont sollicités moins de 100 fois par an et le plus grand 35'000 fois. Les interventions primaires d'urgence représentent 70% des interventions. Près de la moitié des patients est âgée de plus de 65 ans.

Ces résultats ressortent de la première enquête effectuée sur les services de sauvetage par l'OBSAN publiée mardi. Elle a été menée l'automne dernier. Elle constitue la base de recherches plus approfondies qu'il faudrait entreprendre notamment pour réduire la pénurie éventuelle de personnel qualifié.

/ATS
 

Actualités suivantes