Une enveloppe de 26 milliards pour la période 2017-2020

La formation, la recherche et l'innovation devraient bénéficier d'environ 26 milliards de francs ...
Une enveloppe de 26 milliards pour la période 2017-2020

Une enveloppe de 26 milliards pour la période 2017-2020

Photo: Keystone

La formation, la recherche et l'innovation devraient bénéficier d'environ 26 milliards de francs pour les années 2017 à 2020. Dévoilés jeudi, les crédits proposés par le Conseil fédéral au Parlement progressent de 2% par an en moyenne, soit moins qu'auparavant.

Ce n'est pas autant qu'espéré, mais il a fallu faire des économies dans le cadre du programme de stabilisation 2017-2019 de la Confédération, a précisé devant la presse le ministre de la formation et de la recherche Johann Schneider-Ammann. La progression des crédits reste supérieure à la moyenne des secteurs fédéraux.

Plus cher pour les étrangers

Les écoles polytechniques fédérales dépassent la barre des 10 milliards (10,18 milliards). Le Conseil fédéral veut également réviser la loi les concernant. Il s'agit de revoir la gouvernance d'entreprise, de permettre aux EPF de fixer plus librement leurs taxes d'études et de restreindre l'admission d'étudiants étrangers.

Ceux qui ne sont pas domiciliés en Suisse ou y déménagent pour étudier pourraient payer jusqu'à trois fois plus que les étudiants déjà dans le pays. Le Conseil des EPF édicterait une ordonnance ad hoc. Censée garantir le niveau de formation, cette mesure a été rejetée en consultation par les milieux scientifiques, mais la droite la soutient. Les taxes devront rester socialement supportables.

Revers pour les unis et les HES

Les contributions aux universités et hautes écoles spécialisées (HES) s'inscrivent à 5,29 milliards (+1,8% par an). Avec ces fonds, le financement des missions de base des différents types de hautes écoles est garanti, mais les universités cantonales et les HES devront ajuster leurs planifications stratégiques. Elles tablaient en effet sur une croissance annuelle des dépenses de 3,5% par an.

Le Fonds national suisse et la Commission pour la technologie et l'innovation ne pourront pas non plus réaliser tous les projets prévus. Leurs enveloppes sont pourtant en hausse de 2,9% par an pour un total de 4,15 milliards et 806 millions.

Quatre priorités

L'encouragement de la recherche et de l'innovation est en effet l'une des priorités retenues par le Conseil fédéral pour 2017-2020. L'ambition est de rester à la tête des classements internationaux en matière d'innovation, a expliqué le ministre de la recherche.

La formation professionnelle devrait recevoir 3,63 milliards. Un accent sera mis sur le soutien à la formation professionnelle supérieure. Un peu moins de 100 millions par an, selon le secrétaire d'Etat Mauro Dell'Ambrogio, devraient décharger les candidats aux examens fédéraux de la moitié des coûts des cours préparatoires qui se montent en moyenne à 13'000 francs. La révision de loi correspondante a été bien accueillie en consultation.

La troisième priorité du Conseil fédéral concerne la relève scientifique. Il s'agit d'encourager les hautes écoles à adapter leurs structures de carrière.

Enfin, le Conseil fédéral mise sur un programme spécial pour que davantage de médecins puissent être formés en Suisse pour combattre la pénurie. Le but est d'arriver à 1300 diplômes délivrés à l'horizon 2020. Les universités bénéficieront d'un financement de 100 millions à cet effet.

International garanti

Les engagements internationaux et notamment les contributions aux organisations internationales de recherche sont tenus. Les financements liés aux programmes européens comme Erasmus+ et Horizon 2020 ont déjà été réglés à part.

Depuis l'acceptation par le peuple de l'initiative contre l'immigration de masse en février 2014, la Suisse n'est plus membre à part entière de ces programmes. Si un accord pour la réintégration totale n'est pas obtenu avec l'UE, il faudra obtenir des crédits compensatoires, et soumettre un message complémentaire au Parlament, a averti M.Dell'Ambrogio.

/ATS


Actualisé le