Une grève du climat très suivie en Suisse romande

Etudiants, écoliers et apprentis se sont mobilisés en masse vendredi en Suisse en faveur du ...
Une grève du climat très suivie en Suisse romande

Une grève du climat très suivie en Suisse romande

Photo: KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

Etudiants, écoliers et apprentis se sont mobilisés en masse vendredi en Suisse en faveur du climat. Ils ont été environ 22'000 à répondre à l'appel d'une grève du climat et à manifester dans une quinzaine de villes du pays, relèvent les instigateurs du mouvement.

Cette grève du climat, déjà organisée en décembre en Suisse alémanique, a été particulièrement suivie vendredi du côté romand. A Lausanne, plus de 8000 jeunes en formation ont séché les cours pour manifester, selon un décompte de la police.

Sifflant, scandant 'Non à la pollution, oui à l'écologie', brandissant des affiches, les jeunes vaudois ont crié leur ras-le-bol et leur inquiétude face au réchauffement climatique. Ils ont appelé à une société qui s'engage davantage en faveur de la protection de l'environnement.

'L'océan s'élève, nous aussi!', a résumé une pancarte au milieu de la foule. 'Les calottes sont cuites', 'C'est pas demander la lune que de sauver la terre' ou 'Quand c'est fondu, c'est foutu' ont été quelques-uns des slogans utilisés au cours d'un cortège qui a relié la gare à la Place de la Riponne.

Minute de silence à Genève

A Genève, plus de 4000 jeunes sont descendus dans les rues. Dès la mi-journée, collégiens, apprentis et élèves du cycle d'orientation ont convergé vers le Parc des Bastions en tram, en bus ou à pied. Encadré par les forces de l'ordre, un long cortège festif et bruyant a défilé au centre-ville jusqu'à la Place des Nations.

Beaucoup de passants ont applaudi le cortège. Une partie des manifestants a fait une halte près du Pont du Mont-Blanc, où les jeunes ont respecté une minute de silence pour le climat.

A Fribourg, ils ont été plus de 1500 à se réunir sur la Place Georges-Python, avant de rallier l'hôtel cantonal, siège du Grand Conseil fribourgeois. Des discours ont été prononcés aux deux endroits. Les intervenants ont insisté sur 'l'urgence de la situation qui doit devenir une priorité politique', appelé à favoriser les transports publics et souligné la nécessité de consommer de manière responsable.

Pas assez de place à Neuchâtel

Du côté de Neuchâtel, environ 1500 étudiants de différents établissements scolaires se sont donné rendez-vous au centre-ville. Ils ont convergé vers la Cour du Château, qui n'était pas assez grande pour tous les accueillir. Les grévistes neuchâtelois en ont profité pour déposer à la chancellerie d'Etat une résolution qui annonce aussi le lancement d'une motion populaire.

A Sion, quelque 300 jeunes ont marché pour le climat en fin d'après-midi. Ils ont en effet préféré manifester en dehors des heures de cours plutôt que de faire une grève à laquelle le département de la formation, moins tolérant que dans d'autres cantons, avait mis son veto.

A Bienne, ce sont également 300 gymnasiens et écoliers qui ont manifesté au centre-ville. Ils y ont observé un sit-in de quelques minutes.

Les Jurassiens sont aussi descendus dans la rue pour faire entendre leurs revendications. Le rassemblement a débuté à Porrentruy, avant de se déplacer à Delémont. Selon RFJ, 200 jeunes ont défilé dans les rues de la capitale.

Participation moindre en Suisse alémanique

Par rapport à la Suisse romande, la mobilisation a été moins spectaculaire en terre alémanique, où de telles actions avaient déjà été organisées en décembre dernier. A Zurich, quelque 2000 élèves se sont rassemblés devant le bâtiment central de l'EPFZ avant de rejoindre les bords du lac.

A Bâle, les organisateurs ont dit avoir dénombré plus de 1000 manifestants. Un chiffre en légère baisse par rapport à la première grève du climat organisée dans la cité rhénane, le 21 décembre dernier. Plusieurs centaines d'écoliers ont également été recensés dans d'autres villes alémaniques, comme à Berne, Lucerne, St-Gall ou Aarau.

Une nouvelle manifestation des jeunes Suisses a d'ores et déjà été agendée. Ceux-ci n'auront toutefois plus besoin de sécher leurs cours, ce rassemblement étant programmé au samedi 2 février. Selon un tract distribué vendredi, cette prochaine journée d'action sera organisée dans huit villes du pays, dont Genève, Lausanne, Fribourg et Neuchâtel pour la Suisse romande.

/ATS