Une mère et son amant condamnés à St-Gall pour avoir abusé d'une fillette de 4 ans

Une mère suisse de 31 ans écope de quatre ans et trois mois de prison pour avoir abusé de sa ...
Une mère et son amant condamnés à St-Gall pour avoir abusé d'une fillette de 4 ans

Une mère et son amant condamnés à St-Gall pour avoir abusé d'une fillette de 4 ans

Photo: KEYSTONE/REGINA KUEHNE

Une mère suisse de 31 ans écope de quatre ans et trois mois de prison pour avoir abusé de sa fillette de 4 ans dans le canton de St-Gall. Son ancien amant allemand âgé de 53 ans est sanctionné de cinq ans de réclusion, notamment pour l'y avoir incitée.

Le Tribunal de district a reconnu les deux accusés coupables d'actes d'ordre sexuel avec enfant et pornographie, indique-t-il jeudi par écrit dans son jugement. Il a en outre retenu contre la mère le chef d'accusation de violation du devoir d'assistance ou d'éducation. Son ancien amant est par ailleurs sanctionné pour incitations à des actes d'ordre sexuel avec enfant.

Tous deux se voient désormais interdits d'exercer une activité professionnelle ou bénévole qui nécessite un contact régulier avec des mineurs. Ils devront suivre une thérapie ambulatoire et verser à leur victime 40'000 francs de réparation pour tort moral et des indemnités pour un montant encore non déterminé.

En faire une esclave sexuelle

Selon l'acte d'accusation, les deux accusés ont éduqué la fillette dans l'idée d'en faire une esclave sexuelle du quinquagénaire. Sur instruction de son amant, la mère commettait des abus sexuels qu'elle filmait et dont elle envoyait les images à son amant. Elle a en outre montré des images pornographiques à sa fille et l'a laissée seule pendant qu'elle s'occupait de ses propres clients en tant que prostituée.

Durant le procès, la prévenue a admis les faits qui lui étaient reprochés. Exprimant ses regrets, elle a expliqué avoir vécu, à cette époque, dans un monde coupé de la réalité. Obsédée par son amant, elle s'était totalement soumise à lui.

L'amant nie l'essentiel

En revanche, l'homme a nié en bloc l'essentiel des reproches formulés contre lui. Il a renvoyé l'entière responsabilité sur la prévenue. Dans leurs échanges de messages, il n'a fait qu'exprimer des 'fantasmes abstraits', estime-t-il. N'étant pas pédophile, il n'aurait pas regardé les photos envoyées par sa partenaire, s'est-il défendu.

Son avocat exigeait du même coup qu'il soit acquitté de plusieurs chefs d'accusation et que sa peine ne dépasse pas 10 mois de prison avec sursis. Le tribunal ne l'a pas entendu de cette oreille. Il a infligé au quinquagénaire la plus élevée des deux peines.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus