Unia dénonce les conditions de travail du personnel soignant

Des infirmières ou aides à domicile stressées, pas assez nombreuses et travaillant dans de ...
Unia dénonce les conditions de travail du personnel soignant

Unia dénonce les conditions de travail du personnel soignant

Photo: Keystone

Des infirmières ou aides à domicile stressées, pas assez nombreuses et travaillant dans de mauvaises conditions: le syndicat Unia dénonce la course au profit qui nuit à la qualité des soins. Il démarre mercredi une campagne nationale pour améliorer la situation.

Le nombre de personnes travaillant dans les soins ne cesse d'augmenter: 26'000 emplois ont été créés entre 2014 et 2015, principalement dans le secteur privé, indique le syndicat Unia devant les médias.

Soins rationalisés et minutés

Pourtant, la pénurie continue de menacer ce secteur, et les mesures d'économie des cantons et des institutions n'améliorent pas les choses.

Les conditions de travail se détériorent et les soins prodigués sont rationalisés, fractionnés en actes médico-techniques minutés. Tout ce qui n'est pas mesurable, comme le temps de discuter avec le patient, est supprimé, déplore Unia. A ceci s'ajoute l'augmentation du nombre de tâches, notamment bureaucratiques, à gérer.

Pétition et manifeste

Pour le plus grand syndicat de Suisse, il est temps de tirer la sonnette d'alarme. Il lance une pétition réclamant des soins de qualité et de bonnes conditions de travail.

Dans son 'Manifeste pour des soins et un accompagnement de qualité', Unia réclame davantage de conventions collectives de travail (CCT) pour garantir de meilleures conditions de travail. Le syndicat relève en effet 'le faible taux d'organisation syndicale' dans cette branche.

Des groupes Unia dans le secteur des soins ne sont présents que dans neuf cantons. En Suisse romande, seul Genève en dispose. Le syndicat revendique aussi un meilleur accès aux établissements et aux écoles.

Plus de moyens

Ce n'est pas tout. Les cantons doivent se donner les moyens d'avoir des institutions médicales suffisamment dotées en personnel soignant, et que ce dernier soit mieux rémunéré, demande Unia.

Et de rappeler le cas de Genève, où une initiative cantonale pour une meilleure prise en charge des personnes âgées en EMS n'est toujours pas appliquée à cause des économies prévues. Le syndicat dit réfléchir à lancer une nouvelle initiative qui fixerait cette fois des effectifs minimaux.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes