Uri autorise l'abattage d'un loup après des attaques répétées

Les autorités uranaises ont autorisé l'abattage d'un loup. Le canidé venu d'Italie a tué 25 ...
Uri autorise l'abattage d'un loup après des attaques répétées

Uri autorise l'abattage d'un loup après des attaques répétées

Photo: Keystone

Les autorités uranaises ont autorisé l'abattage d'un loup. Le canidé venu d'Italie a tué 25 moutons au cours des trois dernières semaines près de Gurtnellen (UR) et Wassen (UR). Il a ainsi dépassé la limite de tolérance permettant son abattage.

Les conditions sont remplies pour autoriser exceptionnellement l'abattage d'un animal protégé, indique vendredi le Département cantonal de la sécurité. Pour ce faire, un loup doit avoir tué 25 animaux de bétail dans une zone où il n'avait jamais été aperçu auparavant.

Délai de 60 jours

L'autorisation est valable durant 60 jours. Elle s'adresse à dix gardes-chasse cantonaux et à une trentaine de chasseurs qui seront désignés par les autorités, précise à l'ats Josef Walker, chef du Service cantonal de la chasse.

Le loup ne pourra être abattu que dans les régions de Gurtnellen et Wassen, ainsi que sur les alpages des régions voisines, sur lesquels des mesures de sécurité ont déjà été prises ou sur lesquels les troupeaux ne peuvent pas être protégés. Ces zones sont situées à l'ouest de la rivière Reuss.

Dernière attaque cette semaine

La dernière apparition du loup visé est survenue dans la nuit de mercredi à jeudi près du col du Surenen, sur le territoire de la commune d'Attinghausen (UR). Le canidé y a dévoré plusieurs moutons.

Il a été vu pour la première fois à Gurtnellen et à Wassen, où aucun congénère n'avait été observé jusque-là. Selon les analyses d'ADN, il s'agit d'un mâle venu d'Italie. Désigné par le matricule M68, il n'était jamais apparu en Suisse avant d'être repéré en avril près de Seelisberg (UR) grâce à un piège photographique.

Il sévit depuis mai

Depuis la mi-mai, il a tué 16 moutons dans des pâturages et sur des alpages à Isenthal (UR) et Erstfeld (UR). Il en a tué 25 autres ces trois dernières semaines sur des alpages au-dessus de Gurtnellen et de Wassen.

En juin 2015, un autre loup a tué une cinquantaine de moutons dans les régions uranaises de Gitschenen, Gitschen et du col du Klausen. Les bergers touchés ont été dédommagés à hauteur de 24'000 francs. Les autorités avaient ordonné l'abattage du canidé, mais ce dernier n'était plus réapparu dans le canton dans le délai imparti. Il s'était déplacé vers l'Autriche, où il avait pu être repéré.

Abattage inefficace, selon le GLS

Les défenseurs du loup regrettent la décision uranaise d'abattre le canidé. S'il admet la légalité de cette mesure, le Groupe Loup Suisse (GLS) écrit aussi qu'une telle mesure ne résout pas durablement les conflits entraînés par la présence du loup.

Lorsqu'un loup disparaît, il est rapidement suivi du prochain, observe le GLS. Mieux vaut donc améliorer la protection des troupeaux plutôt que d'abattre des loups.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes