Vaud prend des mesures « spectaculaires » après les maltraitances

Le canton de Vaud prend un ensemble de mesures 'spectaculaires' après le cas de maltraitance ...
Vaud prend des mesures « spectaculaires » après les maltraitances

Vaud prend des mesures

Photo: Keystone

Le canton de Vaud prend un ensemble de mesures 'spectaculaires' après le cas de maltraitance dans une porcherie, a déclaré jeudi Philippe Leuba. Des dénonciations pénales sont notamment lancées contre l'entreprise Annen au coeur de la polémique.

Un contrôle général des 23 porcheries Annen mené le 18 août débouche sur 'des dénonciations pénales, des enquêtes et des sanctions administratives'. La structure des 10 sociétés Annen sera contrôlée afin de vérifier l'indépendance économique des entités entre elles.

Maltraitance répétée

L'Etat a dénoncé l'éleveur pour maltraitance répétée d'animaux. Les procédures sont ouvertes et la personne visée a naturellement le droit d'être entendue, a souligné le conseiller d'Etat Philippe Leuba. L'action du gouvernement ne se limite cependant pas à un producteur, mais vise à améliorer l'ensemble de la filière porcine.

Ainsi, le montant alloué aux contrôles des porcheries par des vétérinaires est doublé. Le soutien aux porcheries 'paille et soleil' augmente de 400 à 700 francs par place de porc. Une aide sera fournie à l'agrandissement de l'espace réservé aux cochons qui atteindra dans le canton de Vaud 1,6 m2, l'exigence fédérale étant à 0,9 m2.

Moyens financiers

Un crédit de 4 millions de francs voté en 2015 par le Grand Conseil servira à ces mesures. Philippe Leuba a indiqué que le gouvernement était prêt à allouer de nouveaux moyens financiers si nécessaire lorsqu'un bilan aura été tiré de cet ensemble de correctifs.

Une formation obligatoire sera imposée à tous les porchers bénéficiant d'aides publiques. Une formation continue devient aussi obligatoire, ainsi qu'une présence humaine deux fois par jour dans chaque porcherie.

Graves dérapages

La mise en oeuvre de ce programme ne dépendra pas de l'avancement des procédures judiciaires contre l'éleveur au coeur de la polémique, a assuré le chef du Département de l'économie, de l'innovation et du sport (DEIS).

Une action résolue est indispensable. Les cas de maltraitance causent 'des dégâts considérables à toute la filière et il faut à l'avenir éviter les graves dérapages constatés', a affirmé Philippe Leuba.

Plainte pour diffamation

Jeudi matin, la Fondation Mart, qui a diffusé les images des porcs maltraités à La Praz et qui est à l'origine du scandale, a annoncé qu'elle déposait plainte pour calomnie et diffamation contre les producteurs Annen. 'La partie adverse nie formellement que ces images aient pu être tournées dans leur porcherie les 5, 6 et 7 août', s'insurge Mart.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus