Vaud va juger une bande de voleurs à l'astuce

Le Ministère public vaudois est compétent pour poursuivre une bande de voleurs à l'astuce qui ...
Vaud va juger une bande de voleurs à l'astuce

Vaud va juger une bande de voleurs à l'astuce

Photo: KEYSTONE/TI-PRESS/ALESSANDRO CRINARI

Le Ministère public vaudois est compétent pour poursuivre une bande de voleurs à l'astuce qui a sévi aussi dans les cantons de Zurich et de Lucerne. Dans les trois cas, des sommes de plusieurs centaines de milliers de francs ont été dérobées.

Vaud et Zurich se disputaient la compétence de poursuivre et de juger la bande comprenant quatre individus, dont une femme. En vertu du principe d'antériorité, la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral a estimé que Vaud devait se charger des trois affaires puisque la première a eu lieu sur son territoire.

Le mode opératoire des malfrats est très similaire: en août 2018, l'administratrice d'une société vaudoise a été contactée par deux individus qui prétendaient représenter une société de Dubaï. Cette dernière était censée acquérir des machines-outils auprès des Vaudois pour un montant de près de 3,8 millions de francs.

L'administratrice s'est engagée à verser une commission de 600'000 francs aux intermédiaires. Une partie du montant, soit 200'000 francs, devait être déposée à titre de garantie dans le coffre loué par l'entreprise à sa banque.

Des bouts de papier

En octobre 2018, une femme s'est présentée au siège de la société. Elle a compté l'argent préparé par l'administrative et l'a glissé dans une enveloppe brune qu'elle a fermée avec une bande de scotch. L'administratrice a ensuite porté l'enveloppe à la banque. En novembre, alors qu'aucun contrat n'avait été signé, elle a retiré et ouvert l'enveloppe: celle-ci contenait des bandes de papier.

En novembre également, une affaire similaire a été dénoncée à la police zurichoise. Un particulier a été relancé à plusieurs reprises par un individu pour le compte d'un investisseur chinois désireux d'acheter l'immeuble qu'il possédait avec sa mère. Là aussi, la première tranche de la commission - 400'000 francs - a été glissée par la soi-disant belle-fille du contact dans une enveloppe brune scellée avec du scotch. Bien entendu, la transaction ne s'est jamais concrétisée et le plaignant s'est retrouvé avec des bouts de papier.

En janvier 2019, c'est la police lucernoise qui a été alertée. Le montant subtilisé par la méthode de l'enveloppe s'élevait à 300'000 francs. Grâce au signalement donné par la victime, une Mercedes noire à plaques genevoises a été interceptée le même jour sur l'A1 à Oensingen (SO).

La limousine était occupée par trois personnes. Les empreintes digitales relevées sur les trois enveloppes ont permis d'en identifier une quatrième, soit l'illusionniste qui s'est chargée des substitutions. (décision BG.2019.39 du 3 octobre 2019)

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus