Vers un non à l'océanarium à Bâle

Les citoyens de Bâle-Ville devraient refuser dimanche la construction d'un océanarium au zoo ...
Vers un non à l'océanarium à Bâle

Non à l'océanarium et oui à plus d'impôts pour les hauts revenus

Photo: KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

Le zoo de Bâle n'aura pas d'océanarium. Les citoyens de Bâle-Ville ont enterré le projet dimanche. Ils ont en revanche accepté une initiative des Jeunes socialistes demandant une hausse des impôts pour les hauts revenus.

La réalisation de l'océanarium nécessitait une adaptation du règlement sur les constructions. Elle a été rejetée par 54,56% des votants. La participation s'est élevée à 55,49%.

Le zoo prévoyait la construction d'aquariums de grande taille pour y présenter des espèces animales marines vivant dans les océans et les mers. Le projet était devisé à 100 millions de francs, entièrement financés par des fonds privés. L'océanarium aurait été construit non loin du zoo, à quelques minutes à pied de la gare.

Référendum

Des organisations de protection de l'environnement, dont la Fondation Franz Weber, et l'Alliance verte (les Verts et le parti de gauche Basta!) ont lancé le référendum contre l'adaptation du règlement sur les constructions, adoptée à une large majorité par le parlement.

Pour les opposants, les aquariums géants consomment beaucoup trop d'énergie et ils accélèrent la destruction des récifs coralliens. Lors de leur capture et de leur transport vers les aquariums, près de 80% des poissons meurent selon eux.

Pour les partisans, l'océanarium aurait constitué une plate-forme éducative et de sensibilisation. Elle aurait aussi constitué une attraction touristique supplémentaire pour Bâle.

'C'était une campagne émotionnelle', a réagi dimanche le directeur du zoo de Bâle Olivier Pagan par communiqué. 'Nous avons mis beaucoup de coeur dans ce projet depuis plus de dix ans et je mentirais si je disais que je n'étais pas déçu.'

Hauts revenus davantage taxés

L'initiative des jeunes socialistes 'pour un impôt sur les hauts revenus' a été approuvée à 52,71%, ce qui constitue une petite surprise. Elle exige une hausse du taux d'impôts de 26 à 28% pour les revenus de plus de 200'000 francs et à 29% pour ceux qui sont supérieurs à 300'000 francs.

Autre objet cantonal soumis au vote à Bâle-Ville, le nouveau Musée d'histoire naturelle a eu plus de succès que l'océanarium. Une majorité confortable (60,33%) s'est dégagée en faveur du crédit de 214 millions de francs utile à sa construction. Le nouveau bâtiment abritera aussi les archives cantonales qui sont actuellement dispersées sur plusieurs sites.

Primes pas déductibles des impôts

L'initiative du PDC demandant que les primes d'assurance maladie soient déductibles des impôts a échoué de justesse (50,08% de 'non', 91 voix d'écart avec le 'oui'). Le PDC avait promis de retirer son texte après le compromis sur la réforme cantonale de la fiscalité des entreprises qui prévoit une baisse des impôts et des primes maladies pour la population. Le maintien de l'initiative a provoqué la grogne de tous les partis, de gauche comme de droite.

Les citoyens bâlois ont enfin accepté à 59,05% une révision de la loi fiscale qui prévoit que c'est désormais le canton et non plus les communes et les Eglises qui collectent l'impôt ecclésiastique, comme c'est le cas dans beaucoup de cantons. Des libres-penseurs et des athées ont lancé le référendum, car ils estiment que cette révision viole le principe de séparation de l'Eglise et de l'Etat.

/ATS
 

Actualités suivantes