Vert'libéraux: oui à des multinationales responsables

Les délégués des Vert'libéraux, réunis virtuellement, ont donné leurs mots d'ordre samedi en ...
Vert'libéraux: oui à des multinationales responsables

Vert'libéraux: oui à des multinationales responsables

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Les délégués des Vert'libéraux, réunis virtuellement, ont donné leurs mots d'ordre samedi en vue des votations du 29 novembre. Ils recommandent un oui à l'initiative pour les multinationales responsables et un non à l'initiative contre le commerce de guerre.

Au vote, le oui à l'initiative 'entreprises responsables - pour protéger l'être humain et l'environnent' (initiative pour des multinationales responsables) l'a emporté par 105 voix pour, 48 contre et sept abstentions, selon le communiqué du parti. Une proposition visant à laisser la liberté de vote a été refusée par 108 voix contre 48 et quatre abstentions.

Pour la majorité des délégués, le contre-projet indirect du Parlement et du Conseil fédéral est inefficace et ne prend pas en compte des problèmes importants soulevés par l'initiative. 'Il est regrettable que le Parlement n'ait pas réussi à adopter un contre-projet à la hauteur des enjeux', a déclaré Beat Flach, vice-président du groupe parlementaire, cité dans le communiqué.

'Il est clair qu’une fois l'initiative acceptée, nous veillerons à ce qu'elle soit mise en œuvre en respectant le principe de proportionnalité', a-t-il aussi promis.

Initiative sur le commerce de guerre: non

Les délégués ont en outre refusé l'initiative 'pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre' (initiative contre le commerce de guerre) par 104 voix contre 29 et douze abstentions. Pour les Vert'libéraux, les buts de l'initiative sont honorables, mais l'approche prônée n'a pas de sens et soulève des questions.

Au lieu d'empêcher la production de matériel, ou son utilisation ou son exportation, l'initiative s'attaque au financement, notent-ils. Pour mémoire, l'initiative demande que la Banque nationale suisse, les fondations et les institutions de prévoyance étatique et professionnelle, comme l'AVS, l'AI et les caisses de pension ne puissent plus financer les producteurs de matériel de guerre.

Le texte demande également que le Conseil fédéral s'engage au plan national et international pour que les mêmes conditions s'appliquent aux banques et aux assurances.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus