Zurich: 27 mois de prison requis contre une geôlière complice

Le procureur a requis une peine privative de liberté de 27 mois, dont sept sans sursis, contre ...
Zurich: 27 mois de prison requis contre une geôlière complice

Zurich: 27 mois de prison requis contre une geôlière complice

Photo: Keystone

Le procureur a requis une peine privative de liberté de 27 mois, dont sept sans sursis, contre une gardienne de prison zurichoise. Cette geôlière avait aidé un prisonnier à s'évader et avait fui avec lui en Italie.

Le procureur lui reproche les chefs d'accusation d'assistance à l'évasion et d'entrave à l'action pénale, selon l'acte d'accusation publié mercredi et adressé au Tribunal d'arrondissement de Dietikon.

Cette jeune femme de 32 ans avait aidé un prisonnier, dont elle était amoureuse, à s'évader de la prison de Limmattal (ZH). Ils avaient fui tous deux en Italie, avant d'être arrêtés en mars dans la province de Bergame.

La geôlière a reconnu les faits. Elle a donné, peu avant les faits, son téléphone portable au détenu, afin qu'il organise depuis sa cellule leur fuite. Puis elle avait ouvert, de nuit, la porte de la cellule et de la prison. Tous deux avaient pris la route de l'Italie, dans la voiture de la jeune femme.

La gardienne avait été suspectée d'avoir voulu aider d'autres prisonniers à fuir. Mais rien n'a corroboré ce soupçon, écrit le procureur dans l'acte d'accusation.

Quant au détenu, la justice lui reproche d'avoir incité la gardienne de prison à prendre la fuite. Il encourt une peine de prison sans sursis de six mois.

Des complices condamnés

Le procureur ne peut pas requérir de peine pour l'évasion en soi. En droit suisse, le fait de s'évader d'une prison ne constitue pas une infraction.

Enfin, le procureur de Dietikon a rendu des ordonnances pénales contre deux personnes qui ont aidé les fugitifs. Elles leur ont remis, le soir de l'évasion devant la prison, des téléphones portables et de l'argent liquide.

Ces complices ont été reconnus coupables d'entrave à l'action pénale et ont été condamnés à des peines pécuniaires avec sursis et des amendes.

Cette évasion avait défrayé la chronique: la gardienne de prison avait notamment adressé une vidéo aux médias, où elle y clamait son amour pour le prisonnier, un Syrien condamné à quatre ans de prison pour viol.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus