La centrale de Beznau est sûre selon les autorités de surveillance

Des organisations de protection de l'environnement et des riverains de la centrale nucléaire ...
La centrale de Beznau est sûre selon les autorités de surveillance

La centrale de Beznau est sûre selon les autorités de surveillance

Photo: Keystone

Des organisations de protection de l'environnement et des riverains de la centrale nucléaire de Beznau (AG) réclament l'arrêt de l'installation, car elle ne résisterait pas à un séisme. L'IFSN leur répond que sa procédure d'évaluation correspond à la législation.

L'évaluation des défaillances de centrales nucléaires par suite d'événements naturels extrêmes se base sur les prescriptions du législateur, a indiqué lundi l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN). L'IFSN exige des exploitants qu'ils attestent de la maîtrise d'un tremblement de terre pouvant se produire tous les 10'000 ans et vérifie ces démonstrations.

L'acceptation de la démonstration que la centrale de Beznau peut maîtriser un séisme d'une magnitude se produisant tous les 10'000 ans respecte la procédure et les prescriptions mises en place par le législateur, selon l'IFSN. Axpo, qui exploite la centrale de Beznau, avait été invité à attester de la maîtrise d'un tel tremblement de terre après la catastrophe de Fukushima en 2011.

La décision de 25 pages rendues publique lundi par l'IFSN n'est pas encore entrée en force. Un recours peut être déposé au Tribunal administratif fédéral. Des riverains et des organisations comme Greenpeace Suisse et la Fondation suisse de l'énergie (SES) avaient exigé un tel rapport de l'IFSN en août 2015.

Pour les organisations et les riverains, il semble que l'IFSN applique les mauvaises valeurs-limites de protection contre les radiations dans son évaluation de la démonstration fournie par Beznau. Ils demandaient donc à l'IFSN de corriger sa décision de juillet 2012. En août 2015, ils avaient déjà annoncé qu'ils entendaient recourir au Tribunal administratif fédéral, voire ensuite au Tribunal fédéral, si l'IFSN ne revoit pas sa décision.

/ATS
 

Actualités suivantes