Pétition contre la fermeture de 52 points de vente de billets CFF

Il faut sauver les 52 guichets que les CFF comptent fermer d'ici fin 2017. L'Association transports ...
Pétition contre la fermeture de 52 points de vente de billets CFF

Pétition contre la fermeture de 52 points de vente de billets CFF

Photo: Keystone

Il faut sauver les 52 guichets que les CFF comptent fermer d'ici fin 2017. L'Association transports et environnement (ATE) a déposé mercredi une pétition munie de 32'000 signatures demandant à l'ex-régie de maintenir les points de vente de billets gérés par des tiers.

Les signataires craignent la disparition d'un service important des transports publics. 'Le grand nombre de signatures donne une chance de sauver ces guichets. Nous continuons à nous battre pour cela', souligne sa présidente et conseillère nationale (PS/BE) Evi Allemann, citée dans un communiqué.

La demande de l'ATE intervient alors que la commission des transports du National a adopté mardi une motion exigeant que la fermeture des 52 guichets soit suspendue jusqu'en 2020. Selon elle, il resterait ainsi suffisamment de temps pour mettre sur pied des solutions de rechange ou maintenir des points de vente gérés par des tiers grâce à de nouveaux partenaires des secteurs public et privé.

'Voilà qui me donne de l'espoir. Nous mettons la pression sur les CFF, afin qu'ils trouvent des solutions concrètes avec les gares concernées', commente Evi Allemann.

Les CFF partent du principe que tout le monde achètera ses billets aux automates, en ligne ou avec un téléphone mobile. Mais 'dans les faits, on peut craindre que les personnes peu à l'aise avec les nouvelles technologies préféreront prendre la voiture ou renoncer à leur déplacement, ce qui n'est pas souhaitable', écrit l'ATE.

Le contact et le conseil personnalisés sont importants pour beaucoup de seniors ou pour des personnes avec un handicap - d'ailleurs pas uniquement pour ces groupes de personnes, poursuit-elle.

Un quart des guichets

En septembre 2016, l'ex-régie fédérale a annoncé vouloir réduire fortement la vente de billets aux guichets. Les points de vente en question sont gérés par différents partenaires, tels que les boutiques Migrolino et Avec, les offices postaux et des particuliers travaillant selon le modèle des agences.

Ils représentent environ un quart des guichets en Suisse. C'est un important démantèlement pour économiser 5 millions de francs par an, critique l'ATE.

Dans le Jura bernois, les autorités de Saint-Imier et de La Neuveville ont écrit fin septembre une lettre aux CFF pour protester contre cette mesure. Selon l'ex-régie, il s'agit des seules communes touchées en Suisse romande. Sur les 52 points de vente, 20 se trouvent dans les cantons de St-Gall et Thurgovie.

La décision des CFF a suscité une grande incompréhension auprès des communes concernées, des cantons et de la population. D'après les opposants, ce projet va clairement dans le sens d'un démantèlement du service public dans les régions rurales au profit d'une amélioration dans les zones urbaines.

Conseil fédéral contre un moratoire

En novembre, le Conseil fédéral s'était prononcé contre un moratoire. Selon lui, la décision des CFF est compréhensible. La proportion de billets vendus dans ces guichets est en chute libre: les 52 points de vente concernés génèrent moins d'1% des ventes de billets.

Le gouvernement reconnaît que l'utilisation des automates n'est pas toujours facile. Mais les CFF se sont dotés d'une hotline gratuite. Et ils collaborent avec Pro Senectute afin de proposer des formations aux personnes âgées pour les familiariser avec l'emploi des automates.

Le Conseil fédéral examine aussi la possibilité pour les intéressés de fixer par contrat la vente au guichet de titres de transports publics avec des entreprises de transports régionales.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus