Comptes suspects au Credit Suisse à Londres, Paris et Amsterdam

Des perquisitions ont été menées dans plusieurs pays, ont indiqué vendredi les autorités néerlandaises ...
Comptes suspects au Credit Suisse à Londres, Paris et Amsterdam

Comptes suspects au Credit Suisse à Londres, Paris et Amsterdam

Photo: Keystone

Des perquisitions ont été menées dans plusieurs pays, ont indiqué vendredi les autorités néerlandaises qui soupçonnent des cas d'évasion fiscale. Les bureaux du Credit Suisse à Londres, Paris et Amsterdam sont concernés.

L'opération a été menée de façon coordonnée dès jeudi aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en France et en Australie, a précisé le Service néerlandais d'information et d'enquête fiscale (FIOD). Deux personnes ont été arrêtées aux Pays-Bas. Par ailleurs, des lingots d'or, des toiles et de l'argent liquide ont notamment été saisis.

L'enquête vise des dizaines de personnes soupçonnées de fraude fiscale et de blanchiment d'argent, ont fait savoir les autorités néerlandaises pour la poursuite des crimes financiers. Les suspects auraient confié de l'argent à une banque suisse, sans en avertir les autorités.

Le gouvernement néerlandais a signalé aux pays concernés par cette affaire de l'existence de 55'000 comptes suspects dans cette banque - qu'il ne nomme pas - dont 3800 en lien avec les Pays-Bas. Selon le porte-parole Wietske Vissers, l'enquête devrait continuer durant 'des semaines' dans divers pays.

Relation rompue

En fin de matinée, le Credit Suisse a publié un communiqué annonçant que ses bureaux à Londres, Paris et Amsterdam 'ont été contactés' par des autorités locales au sujet d'affaires fiscales de clients. Le numéro 2 bancaire helvétique souligne qu'il collabore avec elles.

L'établissement applique depuis 2013 la convention de retenue à la source entre la Suisse et le Royaume-Uni. Il ajoute avoir mis en oeuvre le programme français et néerlandais de déclaration volontaire et avoir rompu toute relation avec les clients 'non-conformes'.

Echange de renseignements

Il rappelle aussi avoir mis en place pour ses sites européens l'échange automatique de renseignement en matière fiscale. Celui-ci entrera en vigueur en avril. Ce dispositif sera étendu dès 2018 aux clients privés européens gérés depuis la Suisse.

/ATS
 

Actualités suivantes