Trio de journalistes du Temps récompensé pour l'enquête sur la RTS

Les trois journalistes du Temps ayant enquêté sur des cas de harcèlement au sein de la RTS ...
Trio de journalistes du Temps récompensé pour l'enquête sur la RTS

(Photo : KEYSTONE / Martial Trezzini). (Photo : KEYSTONE / Martial Trezzini).

Photo: KEYSTONE/SWISS PRESS PHOTO/SARAH CARP

Les trois journalistes du Temps ayant enquêté sur des cas de harcèlement au sein de la RTS ont reçu le titre de 'journalistes suisses de l'année' décerné par la Fondation Reinhardt von Graffenried. Sarah Carp a elle été couronnée 'photographe suisse de l'année'.

Sylvia Revello, Boris Busslinger et Célia Héron, les trois journalistes auteurs de l'enquête intitulée 'La loi du silence', ont été récompensés mercredi soir lors d'une cérémonie à Berne, diffusée en ligne en raison de la pandémie.

Dans ses motivations, le jury a souligné le courage dont le trio a dû faire preuve pour enquêter au sein même de la profession, ainsi que le travail d'équipe qui a été nécessaire pour recueillir une trentaine de témoignages.

Suites juridiques

Publiée fin octobre 2020, cette recherche a révélé des dysfonctionnements au sein de la RTS en épinglant trois collaborateurs, dont l'ex-présentateur Darius Rochebin. Elle a mis en lumière des cas de harcèlement sexuel, de gestes déplacés et d'abus de pouvoir.

Ce travail a conduit à des enquêtes externes mandatées par la RTS. Les résultats intermédiaires, présentés récemment, ont confirmé les cas de harcèlement commis par deux collaborateurs et suscité un 'mea culpa' de la SSR, qui a promis la tolérance zéro dans ce domaine. Aucun agissement répréhensible n'a en revanche été retenu à l'encontre de Darius Rochebin. Ce dernier a repris du service dans la foulée auprès de LCI, son nouvel employeur français.

Darius Rochebin a rejeté les accusations à son encontre et déposé une plainte pénale pour diffamation contre Le Temps. Ce dernier a maintenu l'intégralité du contenu de son enquête, soulignant la qualité du travail de ses journalistes.

Première pour une femme

Dans les autres catégories, la Fondation Reinhardt von Graffenried a récompensé plusieurs réalisations en lien avec la pandémie. Sarah Carp est ainsi couronnée 'Photographe suisse de l'année' pour un travail réalisé dans son propre appartement à l'occasion du premier semi-confinement. C'est la première fois en plus de trente ans d'existence du prix qu'une femme remporte ce titre, ont relevé les organisateurs.

Intitulée 'Parenthèse – Rester à la maison', cette série a été publiée dans le Matin Dimanche. Elle a également remporté la catégorie 'Vie quotidienne', comme annoncé par la Fondation le 13 avril avec les autres lauréats photo.

Dans le domaine vidéo, la palme est revenue à un quatuor de l'émission 'Falò' de la Télévision de la Suisse italienne (RSI). Le reportage réalisé par Andrea Levorato, Leila Galfetti, Philippe Blanc et Gaetano Agueci plonge dans le quotidien de l'hôpital de Locarno lors de la première vague du coronavirus au printemps 2020, alors que le Tessin était le canton suisse le plus durement frappé.

La catégorie online est remportée par un duo du site de journalisme investigatif reflekt.ch. Valentin Felber et Sylke Gruhnwald se sont penchés sur le sort des ouvriers du textile au Bangladesh, restés sans travail au printemps 2020 après l'annulation des commandes par les grandes chaînes de prêt-à-porter, dont certaines sont basées en Suisse. Ce travail a été publié sur le site du magazine Beobachter.

Journalisme local bernois primé

Dans le domaine du journalisme local, la victoire est revenue à trois journalistes de la Berner Zeitung (Julian Witschi, Catherine Boss et Marius Aschwanden) pour une enquête sur la pollution dans la zone naturelle du Blausee, dans l'Oberland bernois.

Enfin, pour l'audio, un Swiss Press Award est attribué à un podcast réalisé par Simon Meyer, Katharina Bracher et This Wachter pour le compte de la NZZ am Sonntag, et consacré à l'ascension et la chute de l'ancienne présidente du PS Ursula Koch.

Les différents vainqueurs se partagent une somme totale de 145'000 francs. Indépendante de tout éditeur, la Fondation Reinhardt von Graffenried s’engage à soutenir le journalisme et la photographie de presse dans les médias imprimés et électroniques en Suisse, peut-on lire sur son site.

/ATS
 

Actualités suivantes