62 communes suisses et françaises s'unissent contre la fiche PSIA

Dans le cadre de la consultation sur le projet de fiche PSIA pour Genève Aéroport, 62 communes ...
62 communes suisses et françaises s'unissent contre la fiche PSIA

62 communes suisses et françaises s'unissent contre la fiche PSIA

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Dans le cadre de la consultation sur le projet de fiche PSIA pour Genève Aéroport, 62 communes genevoises, vaudoises et françaises s'unissent. Elles ont adressé mercredi un préavis défavorable à l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC).

Les 62 communes signataires déplorent le fait que l'OFAC n'a pas pris en considération les demandes qui lui ont été adressées en 2016 par 44 d'entre elles dans l'élaboration du projet de Plan sectoriel de l'infrastructure aéronautique (PSIA), écrivent-elles. Ce projet a été présenté en novembre. Le délai de l'enquête publique échoit vendredi.

La fiche PSIA fixe le cadre général d'exploitation et les exigences infrastructurelles d'un aérodrome. En ce qui concerne Genève Aéroport, elle prévoit un accroissement du nombre de passagers annuels de 17 millions aujourd'hui à 25 millions en 2030. Avec pour conséquence une hausse du nombre de vols: plus de 235'000 mouvements d'avions par année, soit un vol toutes les 90 secondes.

Un aéroport urbain

En s'opposant à cette fiche, les 62 communes veulent protéger leurs 476'000 habitants des nuisances sonores et de la pollution atmosphérique liées à un tel développement. Soulignant le caractère urbain de l'aéroport, elles demandent aussi des solutions aux problèmes de mobilité routière dus à l'infrastructure. Selon elles, la question climatique doit également être prise en compte.

Dix communes approchées par les signataires n'ont pas souhaité participer à la consultation de la Confédération. 'Certaines, notamment vaudoises, disent ne pas être concernées', a précisé le maire de Vernier (GE) Yvan Rochat, qui coordonne la prise de position commune. La fiche PSIA doit être approuvée d'ici à la fin de l'année.

Le développement de Genève Aéroport est très contesté au bout du lac. Mais les Genevois ne pourront pas voter avant 2019 sur l'initiative populaire constitutionnelle 'Pour un pilotage démocratique de l'aéroport de Genève', la droite parlementaire ayant décidé de lui opposer un contre-projet. L'UDC a récemment déposé un projet de loi pour favoriser un développement qualitatif de la plate-forme aéroportuaire.

/ATS