A9: Nouvelles fouilles archéologiques dans le Bois de Finges (VS)

Des fouilles archéologiques reprennent ce lundi au gisement de la Pierre du Meurtrier à l'ouest ...
A9: Nouvelles fouilles archéologiques dans le Bois de Finges (VS)

A9: Nouvelles fouilles archéologiques dans le Bois de Finges (VS)

Photo: Etat du Valais

Des fouilles archéologiques reprennent ce lundi au gisement de la Pierre du Meurtrier à l'ouest du Bois de Finges dans le Haut-Valais. Une fois documentés, ces quelque 1000 m2 de terrain seront libérés et dédiés au projet de construction de l'A9.

La Confédération a approuvé fin mars les plans pour la réalisation du tronçon de l'autoroute qui traversera le Bois de Finges, répertorié à l'inventaire fédéral des paysages d'importance nationale. Ce projet, de 8,5 kilomètres et dont 75% seront souterrains, s'étend de la jonction de Sierre-Est à la Souste où il rejoint le tronçon ouvert fin 2016.

Il passe notamment à côté de la Pierre du Meurtrier, 'ensemble de rochers calcaires provenant d’un éboulement du Gorwetsch daté vers 6500 av. J.-C', explique lundi à Keystone-ATS Caroline Brunetti. L'archéologue cantonale se réjouit 'que le tracé de la future autoroute, qui passe au sud du rocher, conserve ce lieu de mémoire'.

En Valais, on pratique presque exclusivement une archéologie dite de sauvetage ou préventive, c'est-à-dire que les fouilles s'effectuent uniquement sur la zone qui va être détruite par la nouvelle construction. La zone sud sera donc également fouillée avant le développement de l’autoroute, si le projet passe la rampe des oppositions.

Des fouilles anticipées

Pour l'heure, c'est le côté nord de la Pierre, environ 1000 m2, qui est investigué durant quatre mois. 'Nous menons des fouilles anticipées pour que les travaux puissent débuter dès que l'aspect juridique sera réglé', détaille Caroline Brunetti. Il est primordial de commencer de ce côté puisque le secteur nord devrait accueillir la piste de chantier permettant aux machines l’accès aux zones de travaux et le gazoduc, une fois déplacé, complète-t-elle.

La suite des travaux archéologiques entre Sierre-Est et La Souste est liée à l’avancement des dossiers de détails et des procédures. La majeure partie des fouilles est prévue dans le secteur de Pfyngut où la mise en dépôt des matériaux issus des ouvrages A9 nécessite de fouiller 56’000 m2 de zone agricole. Le second secteur investigué se situe à l’Est de La Souste et s’étend sur environ 15’000 m2.

Plusieurs recours déposés

Depuis l'approbation des plans par le département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC), 'plusieurs recours ont été déposés auprès du Tribunal administratif fédéral', confirme Martin Hutter, chef du Service de la construction des routes nationales. Il estime qu'il faudra un certain temps pour tous les traiter.

Parmi les opposants figure par exemple la Fondation Suisse pour la protection et l'aménagement du paysage (SL-FP) qui rejette la construction d'une passerelle sur le Rhône au sein du Bois de Finges, présentée comme une 'mesure compensatoire' dans le cadre de la construction de l'A9 par le DETEC. Pour la fondation, ce pont est 'inadéquat' puisqu'il aurait 'lui-même un effet écologique négatif' et sa construction nécessiterait de fait des mesures de compensation.

Un demi-squelette découvert

Le site de la Pierre du Meurtrier a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles entre 2004 et 2009 dans le cadre strict du projet de construction de l’autoroute A9 approuvée en 1999. A l'époque, 450m2 avaient été investigués sur le côté nord directement attenant au rocher.

Les recherches des années 2000 ont permis de retracer l’histoire géologique et humaine du Bois de Finges depuis l’éboulement de Sierre. 'L’importance de ce gisement pour l’histoire régionale tient au fait qu’il est exceptionnel d’avoir une séquence archéologique aussi longue et quasi continue en Valais', selon l’Office cantonal d’archéologie.

Durant ces fouilles, les archéologues avaient notamment mis au jour un demi-squelette. 'Si le projet actuel voit le jour, le tracé de l'autoroute induira le déplacement de la route cantonale, et nous pourrons alors nous occuper de la seconde moitié de ce squelette qui se situe dessous', relève Caroline Brunetti.

Ouvert au public

Dès juin, le chantier de fouilles sera ouvert au public tous les mercredis de 15h00 à 18h00 dans le respect des règles sanitaires édictées par l’Office fédéral de la santé publique.

/ATS
 

Actualités suivantes