Appenzell le plus attrayant en termes financiers

Appenzell Rhodes-Intérieures représente le canton le plus attrayant du point de vue financier ...
Appenzell le plus attrayant en termes financiers

Appenzell le plus attrayant en termes financiers

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Appenzell Rhodes-Intérieures représente le canton le plus attrayant du point de vue financier.

Une fois les dépenses obligatoires et les charges fixes réglées, ses habitants disposent des moyens les plus importants pour les dépenses de consommation, selon une étude de Credit Suisse. Genève et Bâle-Ville restent en queue de peloton.

Dans la 5e édition de son étude sur le revenu librement disponible dévoilée mardi, le numéro deux bancaire helvétique a analysé plus de 120'000 cas de figure selon quatre types de ménages pour chaque commune, afin d'en déterminer l'attrait financier en tant que lieu de résidence. Très fouillée, l'analyse en conclut notamment que déménager, même à proximité, peut se révéler financièrement avantageux.

Au palmarès des cantons les plus attrayants pour un ménage moyen, l'édition 2021 de l'étude voit le demi-canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures s'emparer du premier rang, doublant les cantons d'Uri et de Glaris, respectivement 2e et 3e. A l'image de 2016, le trio de tête se distingue par son niveau inférieur en matière frais de logement, de charge fiscale ainsi qu'au niveau d'autres prélèvements.

Pointant au 4e rang, Schaffhouse devance le meilleur représentant romand, à savoir le Jura. Remontant de la 18e à la 5e position en l'espace de cinq ans, le dernier né des cantons suisses est parvenu à accroître légèrement son attrait fiscal pour les particuliers, constate la banque aux deux voiles.

Loyers, impôts et primes d'assurance-maladie élevés à Genève

Même si les prélèvements obligatoires y restent parmi les plus lourds de Suisse, le Jura affiche les coûts fixes les plus faibles en moyenne nationale. Arrivent ensuite Appenzell Rhodes-Extérieures, le Valais, la Thurgovie, l'Argovie et le Tessin. L'essentiel du milieu de tableau est constitué de cantons à caractère rural ou suburbain.

En bas de tableau, Genève et Bâle-Ville, occupent les deux derniers rangs. Les deux régions urbaines se distinguent en particulier par des loyers élevés ainsi que des charges fiscales et de primes d'assurance-maladie supérieures à la moyenne.

Les ménages moyens des cantons de Vaud, Zurich, Bâle-Campagne, Zoug et Neuchâtel affichent eux aussi un revenu librement disponible inférieur à la moyenne. Du côté de la Suisse romande, outre le Jura 5e et le Valais 7e, Fribourg se classe au 15e rang, Berne au 19e, Neuchâtel au 20e et Vaud au 24e. Quant au Tessin, il occupe la 10e position.

Les cantons dans lesquels les coûts fixes sont élevés présentent généralement un attrait financier résidentiel inférieur à la moyenne. A titre d'exemple, même la fiscalité la plus avantageuse de Zoug ne permet pas à un ménage moyen de compenser l'inconvénient de frais de logement élevés, explique Credit Suisse.

Différences communales

A l'issue de leurs recherches, les spécialistes de Credit Suisse constatent que des loyers et des prix de l'immobilier élevés ainsi que des prélèvements obligatoires relativement lourds renchérissent la vie, en particulier dans les centres. L'agrégation sur le plan cantonal gomme cependant les différences d'attrait financier entre les communes, nuancent cependant les économistes de Credit Suisse.

Bénéficiant de larges prérogatives en matière financière, les communes prennent des décisions politiques de grande portée en termes d'attrait financier résidentiel. Dans les grands centres de Zurich, Bâle, Berne, Lausanne et Genève (communes limitrophes incluses), le revenu disponible se révèle faible en comparaison nationale.

Outre les régions proches des centres, les destinations touristiques de renommée internationale comme la Haute-Engadine, Davos, Grindelwald, Zermatt ou encore Gstaad-Saanen se distinguent aussi par des valeurs très inférieures à la moyenne.

A la différence des comparaisons classiques de l'attrait résidentiel, l'analyse des disparités régionales en termes de revenu librement disponible tient compte de nouveaux aspects. La seule comparaison des charges fiscales ne prend pas en considération le fait que dans les régions fiscalement avantageuses, les prix élevés de l'immobilier par exemple peuvent contrebalancer grandement les économies d'impôt.

De plus, des disparités régionales dans les primes d'assurance-maladie ou les frais de gardes des enfants, notamment, ne restent pas sans impact. Enfin, une grande partie des actifs effectuant quotidiennement le trajet les séparant de leur lieu de travail dans les centres urbains, les agglomérations proches de ces derniers peuvent par ailleurs offrir des avantages financiers supplémentaires.

/ATS
 

Actualités suivantes