Bénévolat: six personnes sur dix s'engagent régulièrement

Le bénévolat reste fort en Suisse. Six personnes sur dix s'engagent régulièrement dans des ...
Bénévolat: six personnes sur dix s'engagent régulièrement

Bénévolat: six personnes sur dix s'engagent régulièrement

Photo: Jaccottet

Le bénévolat reste fort en Suisse. Six personnes sur dix s'engagent régulièrement dans des activités non rémunérées. Et sept sur dix rendent de temps en temps un service au voisinage, selon le rapport 2020 de l'Observatoire du bénévolat en Suisse.

Le nombre de bénévoles ou volontaires est resté constant au cours des 20 dernières années, indique l'étude publiée jeudi par la Société suisse d'utilité publique (SSUP). Seize pour cent sont actifs dans le cadre d'une organisation, 23% en-dehors et 23% font les deux.

Alors que l'engagement dans les clubs de sport, les groupes d’intérêts et les services à la population a tendance à reculer, les gens s'investissent de plus en plus pour des associations de loisirs, de jeux et de hobbies, des activités culturelles et des tâches socio-caritatives, indique la SSUP dans son communiqué.

Bénéfice personnel

Les bénévoles sont surtout attirés par le bénéfice personnel qu'ils retirent. Ils sont motivés à 'faire bouger les choses' à plusieurs ou à aider les autres. Cette activité met souvent à contribution leurs compétences et contribue à leur épanouissement.

Le travail bénévole informel est souvent un travail de soin non rémunéré. Les bénéficiaires sont pour moitié des connaissances ou des membres de la famille. Ce travail est plus souvent réalisé par des femmes et le nombre de personnes retraitées est très important dans ce domaine.

Les coups de main donnés au voisinage ne se comptent pas. En une année, 72% de la population âgée de plus de 15 ans rendent de petits services, par exemple en vidant une boîte aux lettres ou en arrosant des plantes. Ce type d'entraide est tout aussi répandu en ville qu'à la campagne.

Le social et l'environnement

Afin de maintenir un bénévolat efficace et vigoureux, il faudrait pouvoir mieux concilier les activités professionnelles, familiales et bénévoles. 40% des bénévoles ou volontaires potentiels s'engageraient de préférence dans le domaine social ou pour l'environnement. Seuls 10% opteraient pour une activité politique ou religieuse.

Plus de 5000 personnes ont été interrogées pour ce rapport. L'étude 2020 de l'Observatoire du bénévolat suisse est le quatrième du genre après celles publiées en 2007, 2010 et 2016. La SSUP a pour mission principale la promotion de la cohésion sociale et de l’engagement bénévole.

/ATS
 

Actualités suivantes