Credit Suisse maintient sa prévision de croissance à 1,5% pour 2017

Credit Suisse maintient sa prévision de croissance pour l'économie suisse à 1,5% l'an prochain ...
Credit Suisse maintient sa prévision de croissance à 1,5% pour 2017

Credit Suisse maintient sa prévision de croissance à 1,5% pour 2017

Photo: Keystone

Credit Suisse maintient sa prévision de croissance pour l'économie suisse à 1,5% l'an prochain. Si de nombreux secteurs exportateurs ont retrouvé leur compétitivité deux ans après l'abandon du taux plancher, la banque estime que le franc restera fondamentalement fort.

Dans sa publication 'Moniteur suisse', dévoilée mercredi et qui se penche notamment sur la vigueur du franc, le numéro deux bancaire helvétique observe une tendance structurelle à l'appréciation de la monnaie suisse. Le phénomène reflète en partie les gains importants engrangés dans le commerce avec l'étranger.

Selon l'analyse de la banque, la Suisse présente les symptômes de la 'maladie hollandaise', à savoir un niveau élevé de la monnaie qui est soutenu par un boom des exportations dans quelques secteurs. Pour l'économie helvétique, ces derniers sont l'industrie pharmaceutique, l'horlogerie, le négoce de matières premières et les services financiers.

La force du franc reflète ainsi la bonne santé des exportations suisses. Malgré la vigueur de la monnaie helvétique, la Suisse dégage chaque année un excédent de près de 65 milliards de francs, soit 10% du produit intérieur brut (PIB), via le commerce international et les revenus de la fortune détenue à l'étranger.

Peu de moyens d'action

Fort de son analyse, Credit Suisse estime que les politiques ne disposent que de peu de moyens d'empêcher la vigueur du franc. Et de l'avis de l'établissement, la politique monétaire de la Banque nationale suisse (BNS) devrait se limiter à la réduction de surévaluations temporaires.

Ainsi, la banque anticipe que l'institut d'émission pourrait tolérer dès l'an prochain un franc plus fort et de ce fait limiter ses interventions sur les marchés des changes. La BNS ne devrait pas non plus réduire davantage ses taux négatifs. Pour autant, un rélèvement n'est pas non plus d'actualité.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes