Fonction publique: cinquième journée de mobilisation

Une nouvelle journée de grève et de manifestation est prévue mercredi dans la fonction publique ...
Fonction publique: cinquième journée de mobilisation

Près de 1500 fonctionnaires dans la rue - Rencontre le 22 mars

Photo: Keystone/VALENTIN FLAURAUD

Près de 1500 personnes ont manifesté mercredi à Lausanne pour réclamer à nouveau une pleine indexation des salaires des employés de l'Etat vaudois. La mobilisation semble s'essouffler. Une nouvelle rencontre entre syndicats et gouvernement est prévue le 22 mars.

C'était le cinquième jour de grève et de manifestation depuis plus de deux mois. Les employés de l'Etat se sont réunis devant le Département des finances à la rue de la Paix en fin d'après-midi. Le défilé s'est ensuite mis en route vers 18h00 en direction de la place du Château à la Cité, sous les chants de 'Conseil d'Etat, le compte n'y est pas' et de 'On est là, on est là, on est là'.

Selon un décompte de Keystone-ATS, et de la police, les manifestants étaient environ 1500, soit bien moins que le 9 février dernier (entre 3500 et 5000, selon les médias). Les syndicats avaient alors avancé le chiffre de 10'000 participants, la police celui de 7500. Le 31 janvier ils avaient été entre 5000 selon la police et 10'000 selon les syndicats et entre 4000 et 5000 personnes le 23 janvier.

Baisse aussi dans les écoles

Alors que la journée de grève de mercredi a une nouvelle fois surtout été suivie dans le secteur de l'éducation, la manifestation a, elle, rassemblé plusieurs autres secteurs, en particulier ceux du personnel soignant, notamment du CHUV, de la police et de la gendarmerie.

Selon les chiffres relevés à 12h00 par le Département vaudois de l'enseignement et de la formation professionnelle (DEF), près de 1000 enseignants ont participé à la grève mercredi, en nette baisse par rapport au 9 février (1500), au 31 janvier (2150) et au 23 janvier (1700). La mobilisation est plus marquée dans les gymnases que dans les écoles primaires et du secondaire 1.

Quinze établissements de l'école obligatoire ont été touchés (sur 93), contre respectivement 29, 43 et 30 les trois dernières fois. La mobilisation des enseignants se fait généralement de diverses manières: vote d'une résolution en faveur des revendications, quinze minutes de débrayage, grève partielle ou complète ou encore participation au cortège.

Dialogue amorcé, pas de percée

Cette cinquième journée de mobilisation a eu lieu une semaine après une amorce de dialogue entre le gouvernement et les Syndicat des services publics (SSP Vaud), la fédération syndicale SUD et la Fédération des sociétés de fonctionnaires (FSF Vaud), tous les trois à l'origine du mouvement.

La rencontre s'est tenue dans le contexte des revendications de la fonction publique et du secteur parapublic, qui demandent depuis plusieurs mois une pleine indexation à leurs salaires au renchérissement du coût de la vie.

Les trois syndicats jugent que le taux d'indexation des salaires de 1,4% dès le 1er janvier 2023, annoncé le 8 décembre dernier par le Conseil d'Etat, est insuffisant. Une indexation correspondant au moins à la hausse de l'indice suisse des prix à la consommation entre octobre 2021 et octobre 2022 (+3%) est réclamée. La prime unique de 0,8% du salaire, octroyée par l'Etat de Vaud aux salariés de classes 1 à 10 en janvier 2023, ne satisfait pas non plus.

Aucun montant articulé

Après ce premier échange, le Conseil d'Etat a réaffirmé qu'il n'entendait pas revenir sur l'indexation 2023. Mais il s'est engagé à proposer une enveloppe financière destinée à l'amélioration des conditions de travail. Cette enveloppe financière pourrait également comprendre des mesures de compensations salariales, avait-il indiqué. Une prochaine réunion est prévue le 22 mars.

Quatre ministres avaient reçu les représentants des trois syndicats: Christelle Luisier, présidente du gouvernement, Nuria Gorrite (ressources humaines), Valérie Dittli (finances) et Frédéric Borloz (écoles). La séance avait duré près de 2h30.

Mesures pour 2024, trop floues, pas de montant articulé, bref, pas une réelle avancée, selon les syndicats. Dans une résolution, la base syndicale et le personnel de l'Etat exigent du gouvernement qu'il décide de mesures de compensation salariales 'concrètes et chiffrées' permettant de maintenir le pouvoir d'achat du personnel.

/ATS
 

Actualités suivantes