Gazprom accuse un bénéfice net en chute libre au premier semestre

Le géant russe Gazprom a annoncé lundi un bénéfice net divisé par 25 au premier semestre sur ...
Gazprom accuse un bénéfice net en chute libre au premier semestre

Gazprom accuse un bénéfice net en chute libre au premier semestre

Photo: KEYSTONE/EPA/SERGEI ILNITSKY

Le géant russe Gazprom a annoncé lundi un bénéfice net divisé par 25 au premier semestre sur un an, lié à la crise mondiale déclenchée par la pandémie et aux prix du gaz historiquement bas.

Selon les résultats publiés lundi, le groupe contrôlé par l'Etat russe a enregistré un bénéfice net de 32,9 milliards de roubles au premier semestre 2020 (400 millions de francs au taux actuel), contre un bénéfice de 836,5 milliards de roubles sur la même période en 2019.

Le chiffre d'affaires pour cette période a lui baissé de près d'un tiers à 2903 milliards de roubles sur un an.

Les producteurs d'hydrocarbures du monde entier ont été durement atteints par l'effondrement de la demande et des prix de l'énergie, en raison des mesures prises pour combattre la pandémie de nouveau coronavirus, affectant notamment le secteur du transport.

En Russie, les résultats des entreprises sont également touchés par une dévaluation du rouble.

Après un premier trimestre dans le rouge, avec une perte nette de 116,2 milliards de roubles, le groupe s'est légèrement repris au deuxième trimestre, avec un bénéfice net enregistré de 149,2 milliards de roubles.

Les résultats sont notamment dus à une baisse des prix et des volumes de gaz vendus à l'Europe, dont le groupe tire une grande partie de ses revenus, précise le communiqué. En volume, ses ventes ont baissé de 16% au premier semestre sur un an, tandis que les revenus ont fondu de près de moitié.

Dans une note explicative, le vice-président du comité de gestion de Gazprom, Famil Sadigov, a pointé les 'défis' auxquels fait face l'industrie pétrolière, évoquant 'une forte baisse de la demande de ressources énergétiques', les prix du gaz atteignant en Europe des niveaux 'historiquement bas', et la volatilité des taux de change.

'Dans ces conditions extrêmes, Gazprom a affiché des résultats financiers décents par rapport à de nombreuses autres sociétés pétrolières et gazières (grâce à) des mesures d'optimisation des dépenses d'exploitation et d'investissement', a-t-il affirmé.

Il indique par ailleurs constater dès à présent une amélioration de la situation au troisième trimestre.

Gazprom avait enregistré en 2019 une chute de 17% à 1203 milliards de roubles de son bénéfice net par rapport à 2018, année de tous les records.

/ATS