Guy Parmelin part au Japon pour renégocier l'accord bilatéral

Le conseiller fédéral Guy Parmelin, accompagné d'une mission économique et scientifique, part ...
Guy Parmelin part au Japon pour renégocier l'accord bilatéral

Guy Parmelin part au Japon pour renégocier l'accord bilatéral

Photo: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Le conseiller fédéral Guy Parmelin, accompagné d'une mission économique et scientifique, part une semaine défendre les intérêts helvétiques au Japon et au Vietnam. La visite au Japon a pour but de renouveler l’accord bilatéral de libre-échange en place depuis 10 ans.

La Chambre de commerce helvético-japonaise soutient le Conseil fédéral qui s'engage contre la discrimination que subissent les entreprises suisses face à leurs concurrents européens sur le marché japonais. 'Depuis l'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange entre l'UE et le Japon en février 2019, les entreprises suisses sont désavantagées', déclare Martin Herb, président de la Chambre commerciale, qui fait aussi partie du voyage.

'La Suisse était depuis 2009 le seul Etat européen à avoir signé un accord de libre-échange avec le Japon, mais cet avantage concurrentiel disparaît avec le nouvel instrument liant désormais le Japon et l'UE', souligne la conseillère nationale Elisabeth Schneider-Schneiter (PDC/BL), présidente du groupe parlementaire Suisse-Japon.

'J'espère que le Japon fera bientôt un pas vers la Suisse et entamera des discussions sur la modernisation de l'accord de libre-échange de 2009', souligne-t-elle. Elle demande depuis fin 2017 que le Conseil fédéral renouvelle l'accord de libre-échange de 2009, de manière à assurer aux entreprises helvétiques au minimum un accès au marché japonais qui équivaudrait aux conditions faites aux entreprises venant de l'UE.

Echanges commerciaux pour 12 milliards

Avec un volume commercial d'échange de plus de 12 milliards de francs, le Japon compte parmi les principaux partenaires commerciaux de la Suisse en Asie. Les entreprises helvétiques ont investi plus de 14 milliards de francs dans l’Empire du Soleil levant, tandis que les entreprises japonaises, avec plus de 25 milliards de francs, représentent les premiers investisseurs asiatiques en Suisse.

Le Japon est également, depuis 2007, l’un des principaux partenaires de la Suisse pour la coopération scientifique, grâce à un accord de coopération bilatéral dans la science et la technologie. Depuis cinq ans, ce sont près de 40 doctorants qui ont effectué un stage de recherche au Japon. Un accord sera encore signé entre Switzerland Innovation et un partenaire japonais pendant le visite.

Potentiel à développer avec le Vietnam

La Suisse veut aussi développer ses échanges avec le Vietnam. Ce pays a une économie, qui affiche une croissance supérieure à la moyenne depuis plusieurs années.

En 2018, le volume commercial annuel entre les deux pays s’est élevé à environ 2 milliards de francs, ce qui représente une hausse de quelque 5%. Le Vietnam est ainsi le 4e partenaire commercial de la Suisse parmi les pays d’Asie du Sud-Est.

Selon les chiffres de la Banque nationale suisse, les entreprises helvétiques ont investi à ce jour quelque 690 millions de francs au Vietnam et sont représentées dans bon nombre de branches.

Dans les entretiens avec Hanoï, la poursuite des négociations en vue de la conclusion d’un accord de libre-échange entre les États de l’Association européenne de libre-échange (AELE) et le Vietnam figure en tête de l’ordre du jour.

Santé et environnement

Du point de vue scientifique, le Vietnam offre également des opportunités intéressantes dans les domaines de la santé et de l’environnement. Une vingtaine de projets ont été soutenus depuis 2014, et les prochains appels à projets dans la recherche et l’innovation sont prévus en été et en automne 2019.

Le programme prévoit également la visite de plusieurs projets de la coopération économique au développement. Depuis plus de 25 ans, la Suisse est un partenaire du Vietnam en matière de développement économique; elle y mène actuellement 40 projets.

/ATS
 

Actualités suivantes