Identifier les grands crus grâce à leur signature chimique

Une équipe des universités de Genève et de Bordeaux a réussi à identifier avec 100% de précision ...
Identifier les grands crus grâce à leur signature chimique

Identifier les grands crus grâce à leur signature chimique

Photo: KEYSTONE/URS FLUEELER

Une équipe des universités de Genève et de Bordeaux a réussi à identifier avec 100% de précision la marque chimique de vins rouges provenant de sept grands domaines de la région bordelaise. Ces résultats pourraient notamment aider à combattre la contrefaçon.

En collaboration avec l’équipe de Stéphanie Marchand, de l’Institut des Sciences de la vigne et du vin à l’Université de Bordeaux, celle d’Alexandre Pouget à l'Université de Genève (UNIGE) a appliqué les outils de l’intelligence artificielle à des analyses chromatographiques provenant de 80 vins rouges. Soit au total douze millésimes (1990-2007) et sept domaines du Bordelais.

Ces données brutes ont été traitées par 'machine learning', un champ de l’intelligence artificielle où les algorithmes apprennent à identifier des motifs récurrents dans des ensembles d’informations.

'Cette méthode nous a permis de prendre en compte les chromatogrammes complets de chaque vin - qui peuvent compter jusqu’à 30'000 points - en incluant le 'bruit de fond', et de résumer chacun d’entre eux à deux coordonnées X et Y, après élimination des variables inutiles. Ce processus est appelé réduction de la dimensionnalité', explique Michael Schartner, premier auteur de l’étude, cité mardi dans un communiqué de l'UNIGE.

Un modèle 100% fiable

En disposant sur un graphique les coordonnées obtenues, les scientifiques ont alors vu se dessiner sept 'nuages' de points. Chacun de ces nuages regroupait, sur la base de leurs similarités chimiques, les millésimes d’un même domaine.

'Cela nous a permis de démontrer que chaque domaine a bien une signature chimique propre. Nous avons également observé que trois vins étaient regroupés sur la droite et quatre sur la gauche, ce qui correspond aux deux rives de la Garonne sur lesquelles se situent ces domaines', indique Stéphanie Marchand.

Au fil de leurs analyses, les auteurs ont encore constaté que l’identité chimique de ces vins n’était pas définie par la concentration de quelques molécules spécifiques mais par un large spectre chimique.

'Nos résultats montrent qu’il est possible d’identifier avec 100% de précision l’origine géographique d’un vin, en appliquant les techniques de réduction de dimensionnalité aux chromatogrammes gazeux', se réjouit Alexandre Pouget, qui a dirigé ces travaux.

Ces recherches publiées dans la revue Communications Chemistry apportent de nouveaux éléments pour comprendre les composants de l’identité d’un vin. Elles ouvrent également la voie au développement d’outils permettant d’accompagner la prise de décision pour conserver l’identité et l’expression d’un terroir par exemple. Ou encore pour combattre plus efficacement la contrefaçon.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus