Ignazio Cassis appelle l'économie à s'engager dans le débat

L'économie doit s'engager dans le débat sur les relations Suisse-Union européenne, a plaidé ...
Ignazio Cassis appelle l'économie à s'engager dans le débat

Ignazio Cassis appelle l'économie à s'engager dans le débat

Photo: KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

L'économie doit s'engager dans le débat sur les relations Suisse-Union européenne, a plaidé à Lausanne Ignazio Cassis. Le conseiller fédéral a souligné que l'accord institutionnel n'était qu''une question procédurale' à régler au plus vite.

'L'économie doit sortir du bois', a lancé jeudi à l'EPFL le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Il était l'invité du canton de Vaud et s'est exprimé devant un millier de représentants du monde économique.

Brexit: un poison pour la Suisse

Tout au long de son intervention, le Tessinois a insisté sur l'importance de normaliser les relations Suisse-UE et de régler cette année le différend sur l'accord institutionnel. Si ce n'est pas fait en 2018, cela reporte à 2021 au moins, a-t-il averti en évoquant les élections suisses et européennes en 2019, puis la tension maximum qui naîtra en 2020 du Brexit, 'un poison pour la Suisse'.

Cet accord-cadre n'est qu''une question procédurale, une petite affaire', a déclaré Ignazio Cassis, cherchant à parler le moins possible de politique. 'Rien n'est fait si ce n'est pas dans l'intérêt de la Suisse. Cette banalité a calmé la moitié de la Suisse', a-t-il assuré.

Jusqu'à la nausée

La Suisse ne reprendra pas automatiquement le droit européen: 'Il faut le dire jusqu'à la nausée', a poursuivi le conseiller fédéral en cherchant à rassurer son auditoire. 'Sortez du bois, dites ce que vous voulez. Ce silence, il tue', a encore relevé Ignazio Cassis.

A titre d'exemple, l'accord sur les marchés financiers n'est plus à l'ordre du jour. Les assurances n'en veulent pas, les grandes banques et les banques cantonales non plus. Reste les banques privées, surtout à Genève. Mais comme elles ne représentent même pas 20%, alors 'on fait pas', a martelé le chef du DFAE.

Baisser les impôts

En première partie de soirée, le conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis a plaidé en faveur d'une adoption rapide de la réforme de la fiscalité des entreprises (PF 17), 'la priorité des priorités'. Le grand argentier a remis comme cadeau au conseiller fédéral une boîte à musique de Sainte-Croix, 'ma commune'. Une simple précision qui a suscité toutes sortes de réactions dans la salle.

Ce que Pascal Broulis a peut-être moins apprécié, c'est l'intervention du directeur du Centre patronal vaudois. Christophe Reymond a plaidé avec virulence pour une diminution de l'imposition des personnes physiques et dénoncé le taux prohibitif de l'impôt sur la fortune qui décourage les entrepreneurs. 'Beaucoup reste à faire dans le canton de Vaud', a critiqué le responsable.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus