L'OMC prévoit un net ralentissement du commerce mondial en 2023

Le volume du commerce mondial devrait largement ralentir en 2023, avec une augmentation limitée ...
L'OMC prévoit un net ralentissement du commerce mondial en 2023

L'OMC prévoit un net ralentissement du commerce mondial en 2023

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le volume du commerce mondial devrait largement ralentir en 2023, avec une augmentation limitée à 1%. Les prévisions pour cette année sont toutefois meilleures qu'en avril, avec une croissance de 3,5%, a dit mercredi l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève.

Il y a quelques mois, l'institution n'anticipait qu'une croissance de 3%, alors que la fourchette s'établit désormais entre 2 et 4,9% en fonction des scénarios. Mais la guerre en Ukraine a rendu difficile cette évaluation il y a quelques mois, a admis l'économiste de l'OMC, Coleman Nee.

Autre indication, l'organisation estimait aussi en avril que la progression devait s'accélérer l'année prochaine, à 3,4%. Mais le commerce mondial devrait diminuer jusqu'à 2,8% en cas de dégradation mais augmenter de 4,6% en cas de bonne surprise.

En cause, l'économie fait face à d'importantes turbulences provoquées par la guerre en Ukraine, les effets sur les prix énergétiques et alimentaires, l'inflation et les politiques des banques centrales. La situation reste très incertaine, dit l'organisation. Elle s'attend notamment à une réduction des importations en Europe et Amérique latine et des exportations de pays en développement où la marge de manoeuvre financière n'est pas très importante.

La directrice générale de l'OMC Ngozi Okonjo-Iweala a relevé mercredi devant la presse que le commerce a montré qu'il pouvait maintenir l'économie, même si la pandémie a eu des effets avant même la guerre en Ukraine. Elle avait alerté la semaine dernière sur une 'récession mondiale'.

Inquiétudes sur des restrictions

Après le succès de la ministérielle de l'organisation en juin dernier, 'l'enthousiasme n'est pas entièrement retombé', estime Dr Ngozi. Et d'affirmer que les 164 membres ont montré qu'ils peuvent se rassembler même dans une période difficile pour l'économie et la communauté internationale. 'Nous voulons faire partie de la solution' face aux problèmes, ajoute-t-elle.

Mercredi, elle a admis que les responsables politiques sont confrontés à des choix 'très difficiles' face à de 'multiples crises'. Elle met en garde aussi contre toute restriction commerciale qui 'ne ferait qu'aggraver les tensions inflationnistes'. Et de se dire notamment inquiète des récents dispositifs sur les engrais.

Après l'engagement des Etats membres d'éviter de recourir à des restrictions, celles-ci avaient diminué. Mais elles ont remonté récemment, a déploré la directrice générale.

En 2023, la demande d'importations devrait diminuer en raison d'un ralentissement économique dans les grands pays. L'augmentation des prix de l'énergie va provoquer une réduction des dépenses des ménages, ajoute l'organisation.

Aux Etats-Unis, les décisions sur les taux d'intérêt auront un impact sur le logement, l'automobile et l'investissement en capital fixe. De son côté, la Chine reste exposée aux effets du coronavirus et aux perturbations liées à la petite demande extérieure.

Exportations russes largement en diminution

Et comme d'autres institutions, l'OMC alerte elle sur l'insécurité alimentaire et le surendettement à attendre dans les pays en développement. Elle appelle à une diversification de la production entre les différents pays.

Au deuxième trimestre, la valeur du commerce mondial a progressé de 17% par rapport à la même période l'année dernière. Les exportations depuis la Russie et la région qui l'entoure ont chuté de plus de 10% sur un an et les importations ont reculé de plus de 21%, mais une relance est attendue pour 2023. 'Il est difficile de savoir' quelle est la part des sanctions contre la Russie dans ce recul, fait remarquer M. Nee. A l'inverse, le Moyen-Orient est la région où le commerce mondial devrait avancer le plus cette année.

L'OMC revoit aussi à la baisse ses prévisions pour le Produit intérieur brut (PIB) mondial, à moins de 3% pour cette année et 2,3% en 2023, soit 0,9 point de pourcentage en moins. En août, les tarifs mondiaux des céréales ont augmenté de 15% sur un an. Les prix du gaz ont notamment progressé en Europe de 350%, avant de diminuer récemment, a aussi dit l'organisation.

/ATS
 

Articles les plus lus