L'UE imagine l'avenir au sommet « numérique » de Tallinn

L'Estonie réunit vendredi à Tallinn les dirigeants européens pour un sommet 'numérique'. Mais ...
L'UE imagine l'avenir au sommet « numérique » de Tallinn

L'UE imagine l'avenir au sommet

Photo: Keystone

L'Estonie réunit vendredi à Tallinn les dirigeants européens pour un sommet 'numérique'. Mais ce thème pourrait en partie être éclipsé par les débats encore brûlants sur l'avenir de l'Europe relancés par le président français Emmanuel Macron.

Au lendemain d'un dîner informel consacré à l'avenir de l'UE post-Brexit, les chefs d'Etat et de gouvernement doivent se retrouver à la mi-journée dans la capitale estonienne. Ils se consacreront lors de deux sessions de travail au 'futur des gouvernements' et au 'futur de l'économie et de la société'.

La discussion devrait notamment porter dans l'après-midi sur une proposition du président français visant à mieux taxer en Europe les géants du numérique, comme Apple ou Google. L'idée est de lutter contre l'optimisation fiscale de ces sociétés qui transfèrent artificiellement les bénéfices réalisés dans toute l'UE dans un seul Etat membre - comme l'Irlande ou le Luxembourg - où elles bénéficient d'un taux d'imposition avantageux.

La France aimerait appliquer une taxe sur le chiffre d'affaires généré dans chaque pays européen et non pas sur les bénéfices. L'idée a reçu le soutien d'une dizaine de pays, dont l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, mais l'Irlande y est farouchement opposée. 'Ce thème sera le plus controversé' du sommet, bien qu'il ne soit pas officiellement inscrit à l'agenda, a prévenu une source européenne.

Cybercriminalité au menu

Mais au-delà du numérique, la question du futur de l'UE devrait aussi occuper la journée de vendredi, à un moment où l'Europe cherche sa voie, notamment après le traumatisme du Brexit. M. Macron aimerait créer un gouvernement économique de la zone euro, avec un ministre et un budget propres, contrôlés par un parlement.

Mais après sa victoire étriquée aux législatives dimanche, la chancelière allemande Angela Merkel n'a d'autre choix que de trouver un accord pour gouverner avec les libéraux du FDP. Et ceux-ci sont opposés aux idées de Paris sur la question.

Le président du Conseil européen, qui représente les Etats membres, Donald Tusk, 'consultera ses collègues dans les deux prochaines semaines et formulera des propositions sur la manière de faire avancer ces travaux'.

Enfin, les Vingt-Huit devraient également aborder la question de la régulation des 'plates-formes Internet', de la cybersécurité et de la lutte contre les contenus terroristes en ligne. La libre-circulation des données et le financement de l'innovation devraient également être évoqués.

/ATS
 

Actualités suivantes