L'euro hésite à s'installer au-dessus de 1,16 franc

Le franc a poursuivi vendredi son mouvement d'affaiblissement face à l'euro. Après s'être clairement ...
L'euro hésite à s'installer au-dessus de 1,16 franc

L'euro hésite à s'installer au-dessus de 1,16 franc

Photo: Keystone

Le franc a poursuivi vendredi son mouvement d'affaiblissement face à l'euro. Après s'être clairement installée en matinée au-dessus de la barre de 1,16 franc, la monnaie unique se montrait cependant ensuite plus hésitante à confirmer le mouvement esquissé la veille.

Vendredi matin, l'euro a grimpé jusqu'à 1,1624 franc. La veille, en fin d'après-midi, il avait franchi le cap symbolique de 1,16 franc, évoluant à son plus haut niveau depuis plus de deux ans et huit mois, soit depuis l'abandon du cours plancher de 1,20 franc par la Banque nationale suisse (BNS) le 15 janvier 2015.

Toutefois, le franc se reprenait quelque peu durant l'après-midi, l'euro notant ainsi vers 16h30 juste au-dessous de 1,16 franc à 1,1599 franc. Reste que ces niveaux inédits dans le contexte du franc fort, qui dure depuis des années maintenant, viennent confirmer le mouvement d'affaiblissement de la devise helvétique amorcé depuis le mois de juillet.

Pour rappel, la monnaie unique européenne valait encore entre 1,08 et 1,09 franc dans le courant du mois de juin. L'évolution réduit un peu la pression sur la BNS, qui continue cependant à considérer le franc suisse comme 'nettement surévalué'.

Bon pour les exportations

Si elle se confirme, elle rejaillira positivement sur les marges réalisées par les entreprises exportatrices, et gonflera de même le bénéfice de l'institut d'émission au 3e trimestre. L'affaiblissement du franc constitue en revanche une moins bonne nouvelle pour les touristes suisses voyageant dans les pays de la zone euro.

Les séjours renchérissent au fur et à mesure que l'euro devient plus cher. Les coûts sont toutefois bien éloignés de 2007 lorsque la monnaie unique valait momentanément 1,69 franc.

Il n'en demeure pas moins que la situation reste fragile pour le franc. En effet, la devise helvétique est toujours à la merci des tensions géopolitiques pouvant surgir, en raison de son traditionnel rôle de valeur-refuge joué dans ces cas.

/ATS