L’initiative d’Uniterre en passe d’être rejetée au National

L'initiative d'Uniterre pour une agriculture écologique, sans OGM et tournée vers la production ...
L’initiative d’Uniterre en passe d’être rejetée au National

L’initiative d’Uniterre en passe d’être rejetée au National

Photo: KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

L'initiative d'Uniterre pour une agriculture écologique, sans OGM et tournée vers la production locale n'a pas la cote au National. Pour tous les partis hormis les Verts, le texte va trop loin. Tout comme les plans du Conseil fédéral pour 2022, selon le lobby paysan.

Moins de trois mois après le oui massif à l'article constitutionnel sur la sécurité alimentaire, la question de l'agriculture revient sur le tapis au Parlement. Mais cette fois, l'initiative 'Pour la souveraineté alimentaire. L'agriculture nous concerne toutes et tous' ne bénéficie pas des mêmes faveurs.

La votation du 24 septembre portait sur 'un projet couvrant l'ensemble du secteur, de la fourche à la fourchette, on peut s'interroger sur l'utilité de l'initiative soumise aujourd'hui au Parlement, a déclaré pour la commission Olivier Feller (PLR/VD). L'article constitutionnel prévoit déjà une protection massive des terres cultivables, a renchéri Isabelle Chevalley (PVL/VD).

Plus d'agriculture et moins d'agroindustrie

Mais Uniterre n'est pas satisfait de cet article plébiscité par le peuple. 'Ce que veut l'initiative, c'est plus d'agriculture et moins d'agroindustrie', a lancé Balthasar Glättli (Verts/ZH) membre du comité d'initiative. Il faut selon lui, 'une autre agriculture qui revienne aux fondamentaux de la vie' ici et ailleurs dans le monde.

L'orientation générale de l'initiative du syndicat paysan est claire, selon Adèle Thorens (Verts/VD): 'Plus durable, plus écologique et plus sociale'. Elle veut renforcer le rôle des petits paysans dans l'approvisionnement, notamment à travers la commercialisation directe, et demande l'interdiction des OGM, une question qu'il faudra bien régler une fois définitivement, selon la Vaudoise.

Le texte, bien que trop touffu, a bénéficié d'un accueil bienveillant auprès de l'UDC. 'Nous pouvons souscrire à plusieurs buts de l'initiative', selon Marcel Dettling (UDC/SZ). Mais le parti veut d'abord mettre le Conseil devant ses responsabilités.

Engagements de Johann Schneider-Ammann

A la foire des Goûts et Terroirs à Bulle au début du mois, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann s'est dit prêt à organiser une soupe de Kappel avec la branche, a rappelé Pierre-André Page (UDC/FR). 'Le monde paysan attend vos propositions.'

Car l'initiative, bien que trop excessive s'inscrit dans un contexte particulier. A peine la votation passée, le Conseil fédéral a publié début novembre un rapport sur les perspectives de la politique agricole pour l'après 2022.

'Ce rapport a réveillé un géant endormi', a illustré Markus Ritter (PDC/SG), président de l'union suisse des paysans. Il prône en effet un démantèlement de la protection douanière avec l'UE, ce qui se traduira par la mort assurée du secteur, selon lui. Le revenu sectoriel de l'agriculture passera de 2,9 milliards de francs à 2,3 milliards, sans que les paiements directs ne compensent le manque à gagner. Pour l'UDC, il faut réviser ce rapport.

Contre-projet compromis

L'idée d'un contre-projet n'a toutefois pas obtenu beaucoup de soutien. Seuls les socialistes et les Verts y souscrivent. 'On ne veut pas sacrifier le monde paysan sur l'autel du libre-échange', a plaidé Beat Jans (PS/BS).

Mais le contre-projet tel que proposé a été critiqué par l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) car il est en contradiction avec la vue d'ensemble 2022+ du Conseil fédéral. Pour les PLR, il faut rejeter à la fois l'initiative et tout contre-projet. Tous deux poseraient trop d'entraves au libre-échange.

Dans sa prise de position, le Conseil fédéral rejette aussi l'initiative d'Uniterre et ne veut pas de contre-projet. Introduire des barrières douanières pour les produits importés serait contraire aux accords de libre-échange.

Le débat se poursuit.

/ATS
 

Actualités suivantes