L'initiative pour une Suisse sans pesticides a été déposée

L'initiative 'Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse' a été déposée vendredi à la ...
L'initiative pour une Suisse sans pesticides a été déposée

L'initiative pour une Suisse sans pesticides a été déposée

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

L'initiative 'Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse' a été déposée vendredi à la Chancellerie fédérale. Les milieux agricoles dénoncent le caractère extrême de ce texte qui a récolté 145'099 signatures, selon les initiants.

Réunis au sein du comité 'future 3.0', ces citoyens neuchâtelois veulent interdire l'utilisation de pesticides de synthèse dans l'agriculture, dans la transformation des produits agricoles, mais aussi pour l'entretien du paysage. Le texte veut également bannir de Suisse les aliments qui contiennent des pesticides ou pour la production desquels de telles substances ont été utilisées.

Pour l'Association des groupements et organisations romands de l'agriculture (Agora), ce texte est 'une utopie très risquée'. L'Union suisse des paysans (USP) dénonce, elle, un 'débat déconnecté de la réalité du marché'.

Toutes deux avancent que l'initiative entraînerait une hausse des prix des produits alimentaires, une préoccupation aussi partagée par Prométerre, le groupe d'industrie Agrar et l'Union maraîchère suisse (UMS). Cette dernière craint qu'une 'large couche de la population' ne puisse plus se permettre d'acheter suffisamment de légumes.

Pesticides pas que dans l'agriculture

Les milieux agricoles soulignent en outre que le texte engendrerait une augmentation du tourisme d'achat tout en menaçant la sécurité alimentaire et en réduisant énormément le libre choix du consommateur.

Ils relèvent également que l'initiative ne cible que l'agriculture. Or, les pesticides de synthèse sont aussi utilisés hors de la production alimentaire, par exemple dans la construction ou dans les domaines de la santé ou de l'hygiène, fait valoir l'USP. A la place de l'initiative, cette dernière, ainsi qu'Agora, préconisent la mise en oeuvre du Plan d'action pour les produits phytosanitaires de la Confédération.

Début mars, un autre texte qui va dans le même sens a été déposé. Il s'agit de l'initiative 'Pour une eau potable propre et une alimentation saine'. Le texte prévoit que la Confédération veille à ce que l'agriculture contribue à la sécurité de l'approvisionnement de la population en denrées alimentaires saines et en eau potable propre. Les paiements directs seraient soumis à conditions.

/ATS