La BNS révise à la baisse son attente de croissance du PIB

Comme attendu, la Banque nationale suisse (BNS) reconduit telle quelle sa politique monétaire ...
La BNS révise à la baisse son attente de croissance du PIB

Comme attendu, la Banque nationale suisse (BNS) reconduit telle quelle sa politique monétaire expansionniste. En revanche, l'institut d'émission révise sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) helvétique à environ 1% en 2017, contre 1,5% en juin.

La marge de fluctuation du Libor à trois mois demeure comprise entre -1,25% et -0,25%, a annoncé jeudi la BNS dans son examen trimestriel de la situation économique et monétaire. Le taux d'intérêt appliqué aux avoirs en compte de virement reste aussi en terrain négatif à -0,75%.

'L'environnement international a continué de s'améliorer durant les derniers mois', relève la banque centrale, soulignant une forte expansion de l'économie mondiale sur un large front au 2e trimestre. Une évolution favorable appelée à se poursuivre ces prochains trimestres.

La BNS note cependant la persistance de risques sur ce scénario, qui découlent de facteurs géopolitiques mais aussi d'incertitudes concernant la politique monétaire future des principales banques centrales. Dès lors, les perspectives pourraient s'en trouver assombries.

Croissance revue à la baisse

En Suisse, la BNS observe toujours une reprise modérée de l'économie, dans le sillage du raffermissement de l'économie mondiale. Toutefois, au vu de la faiblesse de la croissance domestique enregistrée depuis la fin 2016, le PIB ne devrait progresser que de 1% cette année. En juin lors de son dernier examen de la situation économique et monétaire l'institut d'émission tablait encore sur une hausse de 1,5%.

La BNS révise aussi légèrement sa prévision d'inflation conditionnelle au regard de juin. Pour l'année en cours, le taux d'inflation est désormais attendu à 0,4%, contre 0,3% trois mois auparavant. La prévision pour 2018 est aussi ramenée à 0,4%, après avoir été abaissée de 0,4% à 0,3% avant l'été. Celle pour 2019 passe de 1% à 1,1%.

Pour rappel, la semaine dernière, la Banque centrale européenne (BCE) a décidé de maintenir les taux directeurs en zone euro à leur plus bas historique.

/ATS
 

Articles les plus lus