La conjoncture pèse sur les entreprises suisses au Brésil

Les entreprises suisses aussi ressentent la situation économique difficile qui touche le Brésil ...
La conjoncture pèse sur les entreprises suisses au Brésil

La conjoncture pèse sur les entreprises suisses au Brésil

Photo: Keystone

Les entreprises suisses aussi ressentent la situation économique difficile qui touche le Brésil. Leurs espoirs reposent maintenant sur un accord de libre-échange, qui après plusieurs volets, est enfin à portée de main.

'La conjoncture donne bien du mal aux entreprises ici', explique à l'ats le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann à l'issue d'une rencontre avec des représentants économiques à Rio de Janeiro. Ces 'derniers n'ont pu enregistrer aucun chiffre de croissance, mais ils sont confiants', rapporte-t-il.

Leurs espoirs reposent sur un accord de libre-échange entre l'Association européenne de libre-échange (AELE), à laquelle la Suisse appartient, et le Marché commun du Sud (Mercosur), dont fait partie le Brésil. Le chef de l'Economie a justement discuté de cet accord avec le ministre brésilien des Affaires étrangères José Serré jeudi à Brasilia. Dialogue que le département à Berne avait qualifié de 'très constructif'.

Si Johann Schneider-Ammann s'est toujours fortement prononcé en faveur de cet accord, cela n'a pas toujours été le cas pour ses interlocuteurs. Le premier acte remonte à 2011, alors que M. Ammann effectue sa première visite en terres brésiliennes. A ce moment, il insiste déjà pour mener des discussions exploratoires, mais il essuie un refus.

L'AELE et le Mercosur ont certes conclu un accord de libre circulation il y a 16 ans, mais ils n'ont encore entamé aucune négociation. En 2011, on fait savoir à Johann Schneider-Ammann que Mercorsur doit d'abord se mettre d'accord sur une position commune.

Café et or contre chimie

Deuxième acte en 2014. Après des discussions avec le vice-ministre de l'Economie et le ministre des Affaires étrangères de l'époque, Johann Schneider-Ammann se dit optimiste. Le troisième acte semble lui donner raison.

La rencontre de samedi a eu lieu dans la House of Switzerland, à Rio de Janeiro en présence de filiales d'entreprises suisses comme Nestlé, Richemont et Kudelski. L'agence de promotion commerciale Switzerland Global Enterprise, la Chambre de commerce helvético-brésilienne et le réseau Simmex ont organisé cette rencontre.

Le Brésil est le partenaire commercial le plus important de Berne en Amérique latine. L'année dernière, la Suisse a importé des biens d'une valeur de 1,43 milliard de francs, avant tout de l'or, du café et de l'aluminium brut. Le pays a lui exporté pour 2,04 milliards, essentiellement des produits chimiques, pharmaceutiques et des machines.

/ATS


Actualisé le