La déclaration des fourrures présente encore des lacunes

Des lacunes persistent dans la déclaration de la provenance et de l'origine des fourrures. ...
La déclaration des fourrures présente encore des lacunes

La déclaration des fourrures présente encore des lacunes

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Des lacunes persistent dans la déclaration de la provenance et de l'origine des fourrures. Deux tiers des contrôles effectués par l'administration fédérale ont donné lieu à des contestations. Des contrôles plus rigoureux sont prévus pour cet hiver.

En tout, l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) a effectué 131 contrôles auprès de petites entreprises, de boutiques en ligne et de grandes chaînes de magasins lors de l'hiver 2021/2022, indique-t-il jeudi dans un communiqué. Huitante-sept cas ont entraîné une contestation en raison d'informations erronées ou manquantes.

Dans la majeure partie des cas (88%), les manquements ont été corrigés dans les délais impartis. Un cas a conduit à l'ouverture d'une procédure pénale.

Un produit contenant de la fourrure est correctement étiqueté lorsqu'il contient la mention 'fourrure véritable', le nom de l'espèce animale, le pays de provenance ainsi que le mode d'élevage ou le type de chasse. Les informations doivent être inscrites de manière visible sur le produit et dans au moins une langue officielle.

Cols de veste

Les contrôles ont porté sur un total de 6632 produits, dont près de trois quarts (73%) étaient déclarés correctement. 11% des produits ont été contestés car la déclaration de leur provenance et de leur origine manquait. Pour 16% des produits, elle était erronée.

La majorité des produits contestés (48%) était des cols de fourrure, suivie par les pompons de bonnets (16%). Les produits en fourrure de chien viverrin ont été de loin les plus contestés, suivis par les produits en fourrure de renard polaire et de coyote.

L'OSAV indique n'avoir 'pas constaté d'amélioration notable' concernant la déclaration des fourrures et des produits de pelleterie depuis l'introduction des contrôles en 2014. L'office poursuivra donc ses contrôles cet hiver et va durcir les mesures d'exécution, en rendant davantage de décisions et en infligeant plus d'amendes, prévient-il.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus