La justice vaudoise admet le recours contre le projet Eoljoux

Victoire pour les opposants à Eoljoux: la justice vaudoise a admis le recours de plusieurs ...
La justice vaudoise admet le recours contre le projet Eoljoux

La justice vaudoise admet le recours contre le projet Eoljoux

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Victoire pour les opposants à Eoljoux: la justice vaudoise a admis le recours de plusieurs associations environnementales contre ce parc de sept éoliennes prévu à la Vallée de Joux.

Le recours d'ASPO/BirdfLife CH, FP Helvetia Nostra, Pro Natura, Pro Natura VD et Paysage-Libre Vaud est admis, écrit la Cour de droit administratif et public du canton de Vaud (CDAP) dans son arrêt du 16 mars, transmis aux parties mercredi.

Pour la première fois dans le canton, le Tribunal cantonal a donné raison aux opposants à un projet éolien, se réjouit Paysage-Libre Vaud dans un communiqué. 'C’est la victoire de l'environnement sur l’énergie ', a commenté son secrétaire général Jean-Marc Blanc.

Défrichement hâtif en cause

Les recours portaient notamment sur l'autorisation de défrichement donnée en 2018 par la Direction générale de l'environnement pour réaliser le parc d'éoliennes. Des mâts d'une hauteur maximale de 210 mètres étaient prévus sur l'alpage des Grands Plats de Bise et de Vent, au Brassus.

Les opposants s'insurgeaient également contre le fait que l'alpage qui devait accueillir les hélices figure à l'Inventaire fédéral des paysages (IFP). Et que le canton ait demandé une dérogation à la Confédération en vue de cette implantation.

Effort de longue durée

'C'est une bonne nouvelle et l'aboutissement d'un gros effort', s'est réjoui Michel Bongard, secrétaire général de Pro Natura. 'Dès la première heure, nous avons lutté contre un projet faible et qui ne considérait que les besoins en électricité. Nous avons lutté pour que d'autres intérêts, dont la biodiversité, soient pris en compte', a-t-il relevé.

Sans compter qu'un parc éolien aurait des impacts conséquents sur la nature et la faune. Sur les grands tétras notamment, pour qui le Jura représente l'un des derniers habitats fonctionnels de Suisse, rappelle-t-il.

Analyse des porteurs du projet

Interrogé sur un recours éventuel au Tribunal fédéral (TF), le canton de Vaud relève qu'il est trop tôt pour définir la suite qui sera donnée à ce dossier. Une analyse approfondie de cet arrêt doit être tout d’abord effectuée au sein des départements et des services concernés, et ceci en coordination avec les porteurs du projet, relève un porte-parole du Département de l'environnement et de la sécurité.

La Société électrique de la Vallée de Joux prépare ce projet depuis une quinzaine d'années, en partenariat avec le canton. En 2016, il a été approuvé par les électeurs du Chenit (VD) à 62,8%. Le parc devait fournir une production annuelle estimée de 55 millions de kWh de quoi fournir l'équivalent de la consommation électrique combière.

Depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi fédérale sur l'énergie le 1er janvier 2018, la CDAP avait jusqu'ici rendu trois verdicts en faveur de projets éoliens dans le canton. Ils concernaient les parcs de Sainte-Croix, EolJorat Sud et en Grati. Des recours au TF ont été déposés.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus