LafargeHolcim fait face à une assemblée générale mouvementée

Les actionnaires ont donné un avertissement aux dirigeants de LafargeHolcim mercredi. Si toutes ...
LafargeHolcim fait face à une assemblée générale mouvementée

LafargeHolcim fait face à une assemblée générale mouvementée

Photo: Keystone

Les actionnaires ont donné un avertissement aux dirigeants de LafargeHolcim mercredi. Si toutes les propositions du conseil d'administration ont été validées, la décharge du conseil d'administration et de la direction a été tout juste acceptée.

Seuls 61% des participants à l'assemblée générale ont validé la décharge pour l'exercice 2016 au conseil d'administration et à la direction. Les refus ont atteint le score historique de 38%. Pour le président du conseil d'administration Beat Hess, 'il ne s'agit pas d'un beau résultat'.

La fondation Ethos avait auparavant recommandé aux actionnaires du géant des matériaux de construction de refuser la décharge au conseil d'administration, au vu de l'affaire du financement de groupes armés en Syrie et des accusations de travail des enfants en Ouganda relayées par les organisations Pain pour le prochain et Action de carême. La société de conseils aux actionnaires américaine ISS avait fait de même.

Au cours de l'assemblée, le président du conseil d'administration a rappelé que le patron Eric Olsen n'était pas responsable des agissements de la firme en Syrie. Une enquête interne a mis en évidence que Lafarge Cement Syria (LCS) avait payé des intermédiaires en Syrie entre 2013 et 2014, afin d'obtenir des accords avec des groupes armés qui leur permettent de continuer à oeuvrer sur leur site de production.

Pas d'indemnité de départ

Dans son discours, le directeur général a souligné que l'affaire syrienne avait généré de grandes tensions. Il a ajouté que comme l'entreprise est bien positionnée pour affronter l'avenir, il a voulu ouvrir un nouveau chapitre et tourner la page. Eric Olsen quittera, en effet, son poste le 15 juillet.

Beat Hess n'a pas évoqué de potentiels successeurs, mais a précisé qu'il devrait prendre ses fonctions avant la fin de l'année et qu'il ne devrait pas nécessairement venir de la construction. Le président du conseil d'administration assure l'intérim. Il a également précisé qu'Eric Olsen ne recevrait aucune indemnité de départ.

Quant aux autres objets soumis à votation, le rapport de rémunération a été accepté à 84% des voix, contre 15% de 'non', lors d'un vote consultatif. Ethos avait, au préalable, recommandé de le rejetter.

Le conseil d'administration recevra au total 5,4 millions de francs d'ici à l'assemblée générale de 2018. Et la direction percevra 40,5 millions l'année prochaine.

Président largement réélu

Beat Hess a également été reconduit à la tête du conseil d'administration. Il a obtenu 99% de votes favorables. Tous les autres administrateurs qui se représentaient ont aussi été confirmés dans leurs fonctions. L'ancien directeur d'Alstom, le français Patrick Kron, a fait son entrée dans l'organe de surveillance.

Pour remplacer l'ancien directeur de Lafarge Bruno Lafont à la vice-présidence, Beat Hess a proposé Oscar Fanjul. L'Hispano-Chilien a été administrateur et vice-président de Lafarge entre 2005 et 2016.

Les actionnaires ont aussi approuvé le dividende de deux francs par action, qui sera versé mercredi prochain. Le programme de rachat de titres pour un montant maximal d'un milliard de francs, courant sur 2017 et 2018, a également été validé.

Plus de 780 actionnaires, qui représentent 64% du capital-actions, ont répondu présents. Etaient également sur place plusieurs syndicats internationaux, qui ont manifesté en faveur de l'amélioration des conditions de travail. Ils ont déploré la mort de 86 salariés de la firme dans des accidents de travail.

Mercredi, le cimentier a également publié ses résultats au premier trimestre. Grâce à la cession d'activités au Vietnam notamment, il a renoué avec les profits, dégageant un bénéfice net de 262 millions de francs, contre une perte nette de 47 millions un an auparavant.

A la Bourse suisse, le titre LafargeHolcim a terminé en baisse de 2,3% à 56,10 francs, alors que le SMI a fini en hausse.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus