Le Forum de Davos veut « faire fonctionner la globalisation »

Le Forum économique mondial (WEF), qui se déroulera la semaine prochaine à Davos (GR), doit ...
Le Forum de Davos veut « faire fonctionner la globalisation »

Le Forum de Davos veut

Photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Le Forum économique mondial (WEF), qui se déroulera la semaine prochaine à Davos (GR), doit définir un agenda global permettant une 'remoralisation' de la mondialisation. Il doit aussi se concentrer sur les perdants de ce phénomène.

'Nous entrons dans une période de profonde instabilité provoquée par la disruption technologique (...) et le réalignement des forces géoéconomiques et géopolitiques', a déclaré mardi le fondateur du WEF, Klaus Schwab, devant la presse à Cologny (GE).

Selon lui, la quatrième révolution industrielle, actuellement en cours, doit être 'centrée sur l'être humain, inclusive et durable'. Elle doit regarder aussi les personnes laissées sur le bas-côté de la route et donner une voix à la jeunesse.

A cet effet, six jeunes de moins de trente ans ont été nommés coprésidents de cette 49e édition du Forum au côté du PDG de Microsoft, Satya Nadella.

Pour M. Schwab, l'une des spécificités du WEF est de pouvoir chercher des réponses globales à long terme, au-delà des futures élections ou de la prochaine publication de résultats d'entreprises.

Pays émergents

Comme le veut la tradition, le président de la Confédération Ueli Maurer prononcera le discours d'ouverture mardi prochain. Au total, le Forum accueillera durant quatre jours plus de 3000 participants, dont plus de 60 chefs d'Etat ou de gouvernement, pour débattre du thème: 'la mondialisation 4.0: concevoir une nouvelle architecture mondiale à l'ère de la quatrième révolution industrielle'.

Klaus Schwab s'est dit 'très fier' de la participation des pays émergents. Parmi les principaux invités figurent en effet le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, dont ce sera le premier voyage à l'étranger depuis son entrée en fonctions, et le vice-président chinois Wang Qishan.

Le chef de l'Etat brésilien entend profiter de l'occasion pour 'présenter aux leaders du monde entier un Brésil différent'. 'Je vais partager notre désir de faire du commerce avec le monde entier, en valorisant la liberté économique, les accords bilatéraux et l'équilibre fiscal', a-t-il ajouté sur Twitter.

Forte délégation américaine

M. Bolsonaro, qui sera accompagné de plusieurs de ses ministres, devrait être l'une des têtes d'affiche du forum, auquel Emmanuel Macron et Donald Trump ne participeront pas.

Malgré l'absence du président américain, les Etats-Unis enverront une 'très forte délégation', se sont félicités les organisateurs du WEF. Conduite par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, cette délégation comprendra également le secrétaire d'Etat Mike Pompeo, celui au commerce Wilbur Ross et le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer.

Les ministres des transports, du travail et de la sécurité intérieure resteront en revanche à Washington, tout comme Ivanka Trump et Jared Kushner, la fille et le gendre du président, conseillers de Donald Trump.

Sans Poutine ni May

Du côté européen, 37 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents, s'est félicité le président du WEF Børge Brende. Habituée du rendez-vous grison, la chancelière allemande Angela Merkel sera de la partie, tout comme les premiers ministres espagnol Pedro Sanchez et italien Giuseppe Conte. Mais pas la Britannique Theresa May.

La Russie sera, elle, représentée par ses ministres de l'économie et du commerce. Le Moyen-Orient sera lui aussi bien représenté, avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, son homologue palestinien Rami Hamdallah ou les présidents afghan Ashraf Ghani et irakien Barham Salih.

Le premier ministre japonais Shinzo Abe fera son retour à Davos, pour la première fois depuis 2014.

Outre M. Maurer, trois autres conseillers fédéraux participeront à cette 49e édition du WEF: Ignazio Cassis, Guy Parmelin et Alain Berset. Les présidents des Chambres fédérales Jean-René Fournier (PDC/VS) et Marina Carobbio (PS/TI) et le président de la Banque nationale suisse (BNS) Thomas Jordan seront aussi du voyage.

/ATS
 

Articles les plus lus