Le taux de chômage a très légèrement diminué en février

Le taux de chômage a très légèrement reculé à 3,6% en février, après avoir atteint 3,7% en ...
Le taux de chômage a très légèrement diminué en février

Le taux de chômage a très légèrement diminué en février

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le taux de chômage a très légèrement reculé à 3,6% en février, après avoir atteint 3,7% en janvier, ce qui était du jamais vu depuis avril 2010. Il a suivi cette tendance en Suisse romande et au Tessin. Le Seco table sur une augmentation du chômage partiel.

Les secteurs de l'hôtellerie et du commerce de détail restent particulièrement touchés.

Sur un an, le chômage a touché 50'131 personnes de plus, ce qui correspond à un bond de 42,5%, selon les relevés du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) publiés lundi. En février 2020, avant l'éclatement de la crise liée au coronavirus, le taux de chômage suisse atteignait 2,5%. Les économistes interrogés par AWP prévoyaient qu'il s'établirait entre 3,6% et 3,9% en février.

Malgré la crise liée au coronavirus, la situation de l'emploi Suisse a été relativement épargnée. 'Nous n'assistons ni à une vague de faillites ni à des licenciements de masse', a souligné Boris Zürcher, chef de la Direction du travail du Seco, lors d'une conférence téléphonique. En février, seules 18 entreprises comprenant 1058 postes ont signalé des licenciements collectifs. C'est bien inférieur aux mois précédents.

En revanche, le Seco s'attend à une hausse du chômage partiel, qui amortit les effets de la crise sur le marché du travail. Cette mesure avait repris avec la deuxième vague de coronavirus dans le pays. 'Dans l'ensemble, le recours au chômage partiel est moins important dans le sillage du deuxième confinement qu'il ne l'était au printemps 2020', a ajouté le responsable.

En septembre 250'000 personnes recevaient des allocations, avant un peu moins de 300'000 en décembre. Le Seco s'attend à ce que la courbe remonte pour janvier et février au vu des demandes d'indemnisations. Elles ont été approuvées le mois dernier pour 835'000 employés. Le record d'avril 2020 concernait 1,3 million de personnes.

La barre des 10 milliards de francs d'indemnités de chômage partiel a été franchie, dépensée entre janvier 2020 et février 2021, a déclaré M. Zürcher.

Taux de chômage stable pour les femmes

En février, le taux de chômage est resté identique pour les femmes (3,3%) et a diminué de 0,1 point de pourcentage pour les hommes à 3,9%. Il s'est stabilisé pour les Suisses (2,5%) et a reculé pour les étrangers à 6,6%, après 6,7%. En Suisse romande et au Tessin, le taux de chômage a reculé à 4,8%, après 4,9% en janvier, quand il est resté stable en Suisse alémanique (3,2%).

L'ensemble des demandeurs d'emploi inscrits se chiffre à 259'735 personnes, soit 1764 de moins que le mois précédent. La Suisse dénombre 69'336 demandeurs d'emploi de plus, soit une hausse de 36,4%, qu'au même mois de 2020.

Le chômage des jeunes (de 15 à 24 ans) a diminué de 2,5%, affectant 17'328 personnes. En comparaison annuelle, il a augmenté de 5208 personnes (+43%). Le nombre des chômeurs de 50-64 ans s'est légèrement rétracté de 0,5% pour s'établir à 47'288 personnes. En un an, leur nombre a bondi de 41,5%.

Le nombre de places vacantes annoncées en février a augmenté de 5737, atteignant 38'678, dont 26'143 étaient soumises à l'obligation d'annonce.

En décembre 2020, le chômage partiel a reculé de 1% par rapport à novembre, touchant 293'678 personnes. Le nombre d'entreprises y ayant eu recours a crû de 1%, touchant 34'667 sociétés. Le nombre des heures de travail perdues a diminué de près de 3%, à 18'610'337 heures. Un an plus tôt, le chômage partiel avait sévi dans 152 entreprises, touchant 3279 personnes et entraînant la perte de 154'535 heures de travail.

Courant décembre, 2123 personnes ont épuisé leurs droits aux prestations de l'assurance-chômage.

Pour cette année, le Seco prévoit un taux de chômage de 3,3%, puis un repli à 3% en 2022. Le Centre de recherches conjoncturel KOF articule de son côté des valeurs de 3,3% et 2,9%. Le Créa, institut rattaché à l'Université de Lausanne est plus pessimiste (3,7% en 2021 et 3,3% en 2022). En novembre, UBS anticipait un chiffre de 3,9%.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus